jQuery().ready(function(){ var banner = new Array(); banner[0]='http://image.noelshack.com/fichiers/2016/03/1453226391-header-hiver-6-2.png'; banner[1]='http://image.noelshack.com/fichiers/2016/03/1453226394-header-hiver-6.png'; banner[2]='http://image.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast

Aller en bas 
AuteurMessage
Valer De Santis

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 28/02/2013
Avatar : Daniel Sharman
Âge : Loup-garou et célibataire
Nationalié : Apprenti en ébénisterie
Avec : Rome


MessageSujet: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   Jeu 28 Fév - 21:29

ValerDe Santis

Identity card


Photography ;


(c) Pomme
Ma petite personne ;

NOM : De Santis
PRÉNOM : Valer
AUTRE(S) PRÉNOM(S) : Nathaniel

AGE : 20 ans en apparence, 23 en réalité
NÉ(E) LE : 3 mai 1991 A : Naple
HABITE : À Rome dans un appartement de 20m²
CLASSE SOCIALE : Classe moyenne
EMPLOI : Apprenti en ébénisterie

GROUPE : Loup-garou

CÉLÉBRITÉ CHOISIE : Daniel Sharman
Ma petite tête ;



A whole story

Dans l’ensemble, la vie t’a épargnée. Tu étais né dans une famille tout ce qu’il y a de plus banal. Ni pauvre, ni riche, tout se passait plutôt bien pour toi. Ta famille était unie, ta sœur t’aimait beaucoup sauf quand tes bêtises lui retombaient dessus. Une vie normale en somme, rien pour la chambouler.

Tu as cinq ans lorsque le bonheur familial que tu croyais parfait bascule. Ta mère n’a jamais été heureuse avec ton père et tu ne t’en es jamais douté. Tu t’étais levé au beau milieu de la nuit pour boire un verre et tu avais assisté à la dispute la plus violente qui soit entre tes parents. Oh non, ils n’en étaient pas venus aux mains mais les mots étaient durs, incisifs. De cette nuit, tu appris qu’ils ne s’aimaient pas et qu’ils ne s’étaient jamais vraiment aimés. Ils avaient cru, ils avaient espéré mais tout cela n’avait été qu’un mensonge qu’ils s’étaient bâtis, un mensonge dont toi et ta sœur alliez faire les frais.
La procédure de divorce s’étira longuement et les tensions entre ton père et ta sœur se sont accumulées. Tant de rancœur dans cette famille que tu avais cru parfaite et que tu ne comprenais plus du haut de tes cinq ans, presque six. Ta sœur partirait avec ta mère, hurlant haut et fort qu’elle n’en avait rien à faire. Elle avait treize ans et réagissait déjà comme une adolescente. Toi tu n’y comprenais rien à part que tu verrais beaucoup moins ta mère et encore moins ta sœur.

À tout cela, tu réagissais calmement, trop calmement. Rien ne semblait vraiment te toucher. Bien malgré toi, pour te blinder, tu avais trouvé une solution, ne plus écouter, ne plus faire attention, parler le moins possible, répondre le moins possible. Mais ta carapace agaçait ton père autant que le divorce. Et quand l’acte fut signé et clôturé, tu avais sept ans et tu avais tout compris, absolument tout. Tu avais la rage au cœur et la peine dans l’âme mais quand on te demandait comment tu te sentais, tu mentais. À l’école, quand on voulait en apprendre plus sur toi tu inventais une histoire. Une histoire tellement énorme que personne n’y croyait. Tu étais un enfant solitaire, un peu bizarre avec de mauvaises notes en rédactions puisque tu refusais de parler de tes vacances, à chaque fois.
Ils ont pourtant bien essayé de te faire parler. Le psychologue scolaire, un psychologue attitré mais rien n’y fit. Tu étais buté, têtu et tu ne voulais pas parler de ta famille qui n’avait plus rien d’une famille. Pas avec les quelques lettres que t’envoyaient ta mère. Elle voyageait… avec ta sœur… sans toi.

Quand un enfant a traité ta mère, tu n’as pas réagi. Même en grandissant, le regard des autres ne t’importait pas. Le regard de ton père avait déjà fait tout ce qu’il pouvait faire. À ses yeux, tu n’étais qu’un poids qui serait incapable d’exercer une fonction digne de ce nom. Tu préférais créer des choses de tes mains, non pas que tu étais plus bêtes qu’un autre, tu étais d’ailleurs très bons dans les matières logiques. Tu avais au mieux daigné à apprendre l’anglais.
Mais ces derniers temps, tu n’étais pas très attentif, tu te fichais de presque tout. Toute ton attention était accaparée par cette fille. Tu avais seize ans, elle devait avoir deux ans de plus que toi. Elle n’a jamais cherché à te poser des questions. Insidieuse pourtant, elle ne parlait pas, elle mangeait à ta table, prenait le même trajet que toi. Elle s’est incrustée sans que tu n’y vois rien, vous vous êtes mis à discuter et de fil en aiguille, tu as fini par l’apprécier, pire, tu es tombé amoureux d’elle.
Tu l’as invitée chez toi, tu voulais le lui dire, en privé, mais quand vous êtes arrivés et qu’elle a salué ton père, tu es tombé de haut. Elle était de ta famille, tu n’en savais rien, elle était ta cousine. La fille de la sœur de ton père. Tu n’as rien dit, tu as redoublé de mensonges, tu as bâti un mur entre vous. Elle n’a jamais rien su mais toi… Toi tu savais. Tu accumulais… ta sœur qui n’en avait rien à faire, qui ne répondais plus à tes courriers. Ta mère qui était presque absente de ta vie malgré toutes ces lettres et ses rares visites. Et puis ça. Tu as bu ce soir-là, seul dans ta chambre. Tu as bu beaucoup trop, frôlant le coma éthylique, tu es tombé tête la première sur un meuble et tu as failli en mourir. Heureusement que le bruit que tu avais fait en tombant a alerté ton père. Après ça, tu t’es juré de ne plus jamais boire. Tu as été hospitalisé et ensuite ton père t’a tenu à l’écart… Son image était en danger.

Les sentiments ont fini par diminuer, mourir croyais-tu. Tu as poursuivis ta vie dans une indifférence quasi-totale du monde qui t’entourait, reclus derrière une façade d’histoires abracadabrantes et de mensonges. Reprenant le cours de ta vie comme si rien n’était jamais arrivé. Tu étais bon pour ça, te cacher à toi-même la vérité. Tu es restée ami avec ta cousine et tu t’en sortais plutôt bien dans la voie que tu avais choisie. Tu créais de tes mains des choses que personne ne te croyait capable de faire. Et tu as écouté les conseils que l’on t’a donnés cette fois.
Mais comme toujours, il y a un moment où l’univers bascule encore, comme pour remettre les choses à niveaux. Tu avais dix-huit ans à l’époque. Elle est arrivée avec ce garçon qui avait presque ton âge. Un crétin fini, un abruti de première. Quand vous êtes rentré elle et toi, tu lui as tout balancé. Son attitude avec lui avait fait remonter en toi des sentiments que tu croyais disparu. Tu l’as embrassé, elle t’a giflé, t’as regardé comme si tu étais un monstre immonde. Le pire est qu’elle n’a pas tenu ça pour elle. Toi qui n’étais déjà pas dans les bonnes grâces de ton père, tu as commencé à vivre en marge de tout. Tu t’en fichais pas mal car oui, au fond, tu étais bien un monstre. Comment pouvais-tu l’aimer ? Elle était du même sang que toi.

Tu as commencé à accumuler les erreurs, à refuser tout compromis. Tu as été viré de ton école, tu as également été viré de chez toi. Tu as dû trouver un appartement, tu as dû apprendre à te débrouiller mais ça n’était pas si dur, tu étais déjà indépendant contrairement à ce que pouvais penser ton père. Tu as pris un billet pour Rome, tu as vécu un peu n’importe où les premières semaines et puis tu l’as trouvé. Ce vingt mètres carrés dans lequel tu vis encore, c’est celui que tu avais trouvé et que tu avais payé avec des petits boulots. Tu as vendu des glaces aux touristes, tu as été serveur dans un restaurant, tu as été livreur de journaux, coursier…
Tu étais seul et cette punition te convenait. C’était ta punition pour avoir aimé ta cousine, pour avoir réellement cru que tu aurais pu faire la différence. La solitude te convenait. Tu n’avais plus personne de toute façon, ça n’était pas très compliqué. Jusqu’à cette nuit.

Tu avais décidé de reprendre tes études, faire ce que tu désirais. Tu étais doué pour travailler avec le bois, tu faisais de belles choses de tes mains. Tu avais réussi à obtenir une place, ça ne vaudrait jamais un diplôme de médecine ou d’avocat mais au moins aimais-tu ce que tu faisais. Tu es rentré tard ce jour-là. Car si ta vie semblait aller bien, toi, tu restais cette épave qui ne se détruisait pas mais qui se laissait vivre malgré tout. Isolé, seul, incapable de nouer une quelconque relation.
C’est là qu’un animal, quelque chose t’a attaqué. Ça t’a mordu, ça t’a griffé, ça t’a presque mis en pièce. Mais comme si la vie n’en avait pas fini avec toi, on t’a retrouvé, on a réussi à te sauver et tu as guéri. Oh oui, tu as rapidement guéri. Trop vite, sans séquelle, si ce n’est une seule. Tu n’avais aucun souvenir de cette attaque. Tu ne te rappelais de rien depuis que tu étais sorti de l’atelier d’ébénisterie.
Lors de la première pleine lune, tu as mis ta mauvaise humeur sur ta journée et le lendemain, alors que tu étais chez toi dans un état déplorable, tu ne t’es rappelé de rien. Tu n’as pas cherché à comprendre. Et à chacune des pleines lunes, tu as fait la sourde oreille, ne voulant rien comprendre. Non, tu ne savais pas ce qui t’arrivais ou plutôt, tu refusais de le croire. Ton esprit refusait d’assimiler l’information. De toute façon, ça n’existait pas ces choses-là. Tu avais un problème de somnambulisme, de dépression, tu avais quelque chose oui mais tu ne savais juste pas quoi, refusant obstinément de voir la vérité en face. Et cela devint une réelle incapacité à admettre et à comprendre.

C’était il y a trois ans et tu ne sais toujours pas, ou plutôt tu n’admets absolument pas ce que tu es. Ce blocage reste présent et tu refuses de voir la vérité en face. Tu avances dans la vie comme un fantôme, solitaire, le regard vide. Tu ne retrouves qu’un tant soit peu de plaisir quand tu travailles le bois. Pas assez courageux pour en finir, trop lâche pour vivre vraiment. Tu ne bois pas, tu ne fumes pas, tu ne fais rien de ta vie si ce n’est travailler. De temps à autre, un collègue t’emmène dans une boîte ou t’encourage à rencontrer quelqu’un mais même ça, tu ne le fais pas à cause de ce souvenir, cet amour pas tout à fait mort pour elle, ta cousine. Tu es un cas désespéré, tu le sais mais tu ne fais rien pour y remédier.

Qui suis-je pour en savoir autant, pour me permettre de te juger ? Je suis la vie que tu gâches et que tu laisses dépérir.

Behind the screen

Ton p'tit nom (ou surnom ou pseudo) : Onihin
Comment t'as connu le forum ? En retournant google
Pourquoi ce forum et pas un autre, dis ? Un forum tranquille, sympa, pénard, j'crois qu'on a trouvé.
Et c'est quoi le code ? VR
Avant qu'on se quitte (ou qu'on se trouve ! \o/) tu veux rajouter un petit mot ? Knock knock, who's there ?

_________________
Mark out the points. Build the pyre. Assemble different drummers. Light up the fire. Put on your masks. And animal skins. Illumination, illumination. Listen to the drums. Between each beat, each beat of the drum. O beloved mother of liberty. Hold me in your arms. Burn burn, burn brightly. Burn burn, burn white heat.



Dernière édition par Valer De Santis le Ven 1 Mar - 4:03, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Julia Garibaldi

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 28/02/2013
Avatar : Gage Golightly
Âge : Loup-garou toute juste mordue
Nationalié : Etudiante
Avec : Rome


MessageSujet: Re: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   Jeu 28 Fév - 21:38

Happy

_________________


Screaming in the dark, I howl when we're apart. Drag my teeth across your chest to taste your beating heart. My fingers claw your skin, try to tear my way in. You are the moon that breaks the night for which I have to howl. My fingers claw your skin, try to tear my way in You are the moon that breaks the night for which I have to
HOWL


Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Faulkner

avatar

Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 21/08/2010
Avatar : Penn Badgley
Âge : Enfant de la lune, farouchement amoureux de Rebecca
Nationalié : Trader
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   Jeu 28 Fév - 22:51

Bienvenue Valer ! T'as choisi la meilleure des races \o

_________________
Because of you
Mâle alpha - 387 ans - Compagnon de Rebecca - Père de Niel, 21 mois .
•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Aro Volturi

avatar

Nombre de messages : 399
Date d'inscription : 14/06/2011
Avatar : Ben Barnes
Âge : Vampire
Nationalié : Ombre de Thanatos
Avec : Rome.


MessageSujet: Re: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   Jeu 28 Fév - 22:53

Ou pas !

Bienvenue =D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Valer De Santis

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 28/02/2013
Avatar : Daniel Sharman
Âge : Loup-garou et célibataire
Nationalié : Apprenti en ébénisterie
Avec : Rome


MessageSujet: Re: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   Jeu 28 Fév - 22:56

Les bêtes à poils sont les meilleures ! (Quoi qu'un peu colérique ma bête à poils.)

Merci ! bigs

_________________
Mark out the points. Build the pyre. Assemble different drummers. Light up the fire. Put on your masks. And animal skins. Illumination, illumination. Listen to the drums. Between each beat, each beat of the drum. O beloved mother of liberty. Hold me in your arms. Burn burn, burn brightly. Burn burn, burn white heat.

Revenir en haut Aller en bas
Aro Volturi

avatar

Nombre de messages : 399
Date d'inscription : 14/06/2011
Avatar : Ben Barnes
Âge : Vampire
Nationalié : Ombre de Thanatos
Avec : Rome.


MessageSujet: Re: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   Jeu 28 Fév - 22:58

Colérique ? Non, à peine, mais bon, c'est pour ça qu'on vous aime !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Faulkner

avatar

Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 21/08/2010
Avatar : Penn Badgley
Âge : Enfant de la lune, farouchement amoureux de Rebecca
Nationalié : Trader
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   Jeu 28 Fév - 23:37

T'inquiète, un alpha saura te calmer bigs

_________________
Because of you
Mâle alpha - 387 ans - Compagnon de Rebecca - Père de Niel, 21 mois .
•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Valer De Santis

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 28/02/2013
Avatar : Daniel Sharman
Âge : Loup-garou et célibataire
Nationalié : Apprenti en ébénisterie
Avec : Rome


MessageSujet: Re: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   Jeu 28 Fév - 23:56

Je crise sur ma signature, je me pends et je finis ma fiche ! dehors2

(Encore faut-il qu'il tilte un jour que ses trous de mémoires ne sont pas uniquement dû à des soirées trop arosées...)

_________________
Mark out the points. Build the pyre. Assemble different drummers. Light up the fire. Put on your masks. And animal skins. Illumination, illumination. Listen to the drums. Between each beat, each beat of the drum. O beloved mother of liberty. Hold me in your arms. Burn burn, burn brightly. Burn burn, burn white heat.



Dernière édition par Valer De Santis le Ven 1 Mar - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Julia Garibaldi

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 28/02/2013
Avatar : Gage Golightly
Âge : Loup-garou toute juste mordue
Nationalié : Etudiante
Avec : Rome


MessageSujet: Re: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   Ven 1 Mar - 0:14

Quelles soirée arrosées ? Arrow
Mais nous au moins, on brille pas au soleil, Aro

_________________


Screaming in the dark, I howl when we're apart. Drag my teeth across your chest to taste your beating heart. My fingers claw your skin, try to tear my way in. You are the moon that breaks the night for which I have to howl. My fingers claw your skin, try to tear my way in You are the moon that breaks the night for which I have to
HOWL


Revenir en haut Aller en bas
Valer De Santis

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 28/02/2013
Avatar : Daniel Sharman
Âge : Loup-garou et célibataire
Nationalié : Apprenti en ébénisterie
Avec : Rome


MessageSujet: Re: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   Ven 1 Mar - 3:24

Je crois que c'est bon !

J'ai fini ! mr g


_________________
Mark out the points. Build the pyre. Assemble different drummers. Light up the fire. Put on your masks. And animal skins. Illumination, illumination. Listen to the drums. Between each beat, each beat of the drum. O beloved mother of liberty. Hold me in your arms. Burn burn, burn brightly. Burn burn, burn white heat.

Revenir en haut Aller en bas
Un fantôme

avatar

Nombre de messages : 4265
Date d'inscription : 10/05/2008
Âge : Fantôme
Nationalié : Mort
Avec : Partout


MessageSujet: Re: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   Ven 1 Mar - 13:24

Oh mon Dieu, J'ADORE ton personnage, J'ADORE ta fiche ! Joliment écrite, profonde, personnalité ancrée, fort potentiel, parfait ! Tu es validée sans aucune hésitation ! ^__^
Revenir en haut Aller en bas
Valer De Santis

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 28/02/2013
Avatar : Daniel Sharman
Âge : Loup-garou et célibataire
Nationalié : Apprenti en ébénisterie
Avec : Rome


MessageSujet: Re: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   Ven 1 Mar - 13:47

Merci beaucoup ! J'ai hâte de jouer.

Teuplaiiii

_________________
Mark out the points. Build the pyre. Assemble different drummers. Light up the fire. Put on your masks. And animal skins. Illumination, illumination. Listen to the drums. Between each beat, each beat of the drum. O beloved mother of liberty. Hold me in your arms. Burn burn, burn brightly. Burn burn, burn white heat.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast   

Revenir en haut Aller en bas
 
Valer De Santis 〆 Knock knock... I'm your beast
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Knock Knock ! Guess who's there ?!
» Knock. Knock. Onomatopoeia.
» Yu Min Hyuk • knock knock knock
» KNOCK ON YOUR DOOR ?
» Comme quoi, la peinture a aussi du bon [PV Masaki]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Fascination :: Fiches validées :: Loups-Garous-
Sauter vers: