jQuery().ready(function(){ var banner = new Array(); banner[0]='http://image.noelshack.com/fichiers/2016/03/1453226391-header-hiver-6-2.png'; banner[1]='http://image.noelshack.com/fichiers/2016/03/1453226394-header-hiver-6.png'; banner[2]='http://image.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tisha Taylor

Aller en bas 
AuteurMessage
Tisha Taylor

avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 14/04/2012
Âge : Enfant de la Lune, irrémédiablement perdue dans les bras d'un vampire.
Nationalié : Egérie
Avec : Palerme


MessageSujet: Tisha Taylor   Sam 14 Avr - 22:00

Tisha.Taylor
Identity card


Photography ;


(c) ©Mem0rial_FoX
Ma petite personne ;

NOM : Inconnu jusqu'a récemment, de part la vie que j'ai décidée d'avoir, j'ai choisis le nom de Taylor.
PRÉNOM : Tisha
AUTRE(S) PRÉNOM(S) : Un seul me suffira merci
AGE : 25 ans
NÉ(E) LE : 08/01/1986 . A : New York, Etats Unis.
HABITE : Palerme pour le moment, mais sans doute devrais je encore déménager, Raphaël grandit bien trop vite.
CLASSE SOCIALE : Mon compte en banque a grossit autant que ma notoriété, je dirais aisée.
EMPLOI : Mannequin, nouvelle Egérie d'Asmophèle ( marque de haute couture Palermoise )

GROUPE : Enfant de la lune.
CÉLÉBRITÉ CHOISIE : Blake Lively.
Ma petite tête ;



.
A whole story



-Tu sais qu'elle est bizarre, Ted ! On ne peut pas la garder...Elle fait peur a Alicia.
Ce n'était qu'un murmure émit dans l'alcôve sombre d'une chambre a coucher parentale. Un murmure que l'on pourrait penser doux, si les mots n'en étaient pas aussi durs. Il y eu un soupir et la voix de Ted s'eleva.
-Mais enfin Térésa ! On ne peut pas non plus la mettre a la porte ! On a signé un engagement, tu te rappelle ? C'était toi qui voulait offrir a ces pauvres gamins une vie de famille.
-Je sais, je sais. Crois moi, cela ne m'enchante pas, elle n'a que 7 ans, mais...Sois honnête avec toi même, avoue qu'elle te faire peur aussi parfois. Elle ne parle jamais, c'est a peine si je connais le son de sa voix. Elle passe son temps dans sa chambre, sans bruit, a fixer l'extérieur et son regard...Mon dieu ! On dirait qu'il est vide !
-A quoi t'attendais tu au juste ? A ce qu'elle te câline et te saute au cou ? Cela ne fait que...
-6 mois maintenant ! coupa l'autre voix avant de reprendre plus doucement, Déjà six mois et...Elle ne fait aucun effort, il n'y a aucun progrès. Je n'en peux plus Ted.

C'était la sixième famille en l'espace de trois ans qui m'acceuillait. La sixième. Ce soir là, je n'ai rien dit, je n'ai même pas pleuré, cela ne servait a rien. Je suis juste retourner me coucher et sans surprise, le lendemain vit la visite de l'assistante sociale. Il se passa encore une semaine avant que je ne rejoigne, encore une fois, le foyer pour enfant abandonné que j'avais appris a connaitre. En fait, je pense que c'est le seul endroit où je me sente vraiment chez moi. J'en connaissais les moindres grincements, les plus petites fissures qui parcouraient le bâtiment. J'étais...Chez moi.

Personne ne sait réellement d'où je viens, ni même le nom de ma mère. Tout ce que l'on peut affirmer avec exactitude est sans doute ma date de naissance, mais c'est bien tout. Les services sociaux sont mes parents, mes tantes et oncles, mes frères et soeurs. A vrai dire, je ne pensais pas être malheureuse a cette époque, c'est un peu flou maintenant, mais...C'est comme un souvenir doux amer, quelque chose de sucré avec un arrière goût d'acide. Ils avaient raison, je faisais peur. Oh, certains ont cru que j'étais peut être déficiente ou arriérée mais ce n'était pas le cas, je ne ressentais tout simplement pas le besoin de parler. J'observais le monde autour de moi et il changeait si vite, si fort, qu'il était plus simple d'en rester spectatrice plutôt qu'actrice. j'ai vécu comme ça longtemps. J'étais juste...Une fille de passage dans des vies déjà bien ancrées. C'est marrant, j'ai compris cela très tôt. Mes familles d'acceuil n'étaient, au final, qu'une étape avant une autre. je ne m'y attachais pas vraiment, ne cherchant d'ailleurs pas a le faire. De toute manière, je n'étais qu'en visite, brève ou moins brève, cela dépendait. Je travaillais bien a l'école, sans doute était ce même une surprise pour beaucoup même si les instituteurs et plus tard, les professeurs déploraient mon manque de sociabilité. Eux aussi on essayé de m'ouvrir. Certain avec la délicatesse d'un ouvre boite, d'autre, avec la subtilité d'un papillon. Mais tout ce qu'ils récoltaient était un sourire absent et un regard clair bien trop mature pour mon âge. ils ne le savaient pas mais je leur rendait service. Il était inutile de chercher a savoir qui j'étais, a m'aimer même. Je n'en avais pas besoin et eux, ils m'oublieraient vite.

j'ai grandis, je me suis construite seule, gardant ce silence qui était le mien. Etait ce vraiment dérangeant pour les autres ? peut être, mais j'étais ainsi. Habituée a vivre seule, a me débrouiller seule. En vérité, je n'avais besoin de personne. Une fois un diplome quelconque en poche, je suis partie, comme j'étais venue, en silence. J'étais majeure, je pouvais faire ce que je voulais, alors pourquoi m'en priver ?

Mais jamais je n'aurais pensé qu'une simple soirée française changerait le court de ma vie. Tout ce que je sais, c'est que l'on me retrouva dans une ruelle, en sang, aux portes de la mort, la chair déchirée...On me parla de coma, d'inconscience, durant des mois, on ne sut pas si j'allais m'en sortir, mais j'ai réussis.

La première pleine lune fut...Un supplice. A plus d'un titre. Je ne savais pas ce que j'étais, qui j'étais, ce que j'étais devenue. On se réveille nue au milieu d'un parc, sans souvenir, sans rien. Un atroce gout de sang dans la bouche, sa couleur écarlate sur ma peau. Je n'avais jamais eu peur, jamais, mais cette fois là, je sus ce qu'était la véritable terreur. La perdition. J'ai erré longtemps, des mois même avant de comprendre réellement ce que j'étais devenue. Quand, comment, je n'en savais rien. Juste cette...Agression. Une simple agression. La vie est parfois ironique non ?

Je suis retournée au Etats Unis. Plus sombre qu'avant sans doute, nantie d'un secret qui pouvait a tout moment me ronger. Je me cachais, continuellement, changeant de ville et d'état tout en tentant d'apprivoiser ce que j'étais devenue. Je tombais sur Adam un peu par hasard. Il était charismatique, égoïste aussi, cynique, Luke m'a mainte fois demandé pourquoi je l'avais suivit et pour toute réponse, je lui avais sourit. Je l'avais suivit non pas pour lui ou pour ces beaux discours, non, je l'avais suivis pour ceux qui le suivait. Je n'étais pas attachée a Adam, mais je l'étais bien plus a Luke bizarrement. Trouver quelqu'un comme moi d'une certaine façon, parce que lui aussi se leurrait, repoussait autant qu'il attirait. Nous évitions les sujets sérieux, préférant se cantonner a l'amusement. Je savais qu'il ne chercherait pas a fouiller, ni a savoir ou tenter de me comprendre avec un air compatissant, c'était tout ce que je voulais.
Adam décida de déménager en Italie, je haussais les épaules. Pourquoi pas, cela me laissait indifférente en vérité, j'étais capable de vivre a tant d'endroits. En fait, peu importait l'endroit où nous allions, nous y allions ensemble.

Je crois que j'aimais l'Italie, il y faisait chaud, beau, j'aimais ce soleil étincellant, presque omniprésent. Je m'y sentais bien. Notre destination était Venise, pourquoi ? je ne le savais pas vraiment, mais c'est sur cette route là, que je le rencontrais.

Je l'ai haïs. Immédiatement. Froid. Mort. Les yeux carmins, tout ce que je n'étais pas. Alors oui, je l'ai d'abord haït pour ce qu'il était. Ensuite, je l'ai haïs pour ce qu'il provoquait en moi. Ce mélange atroce qui me poussait vers lui tout en le repoussant. Il aurait dût me tuer ce soir, ou moi le faire. Il était dangereux, et moi, ma nature conditionnée pour son extinction. Alors pourquoi nous sommes nous aimés ? Mon antithèse, mon propre reflet. Il n'est pas resté une image fugace qui s'effacerait avec le temps. Non, ce fut tout le contraire, plus je m'éloignais plus il s'imprimait en moi. Je l'ai cherché, surement autant que lui m'a cherchée.

Peut être n'aurions nous jamais dût.

Pour lui, j'aurais abandonné ma meute, ma maison et d'une certaine façon, je l'ai fait. Si tout ceci ne nous avait pas échappé, si il n'avait pour ennemi bien plus puissant que nous, alors peut être aurions nous elevé Raphaël ensemble, peut être...Peut être...Mais ce peut être a disparu de ma vie, enfermée comme un animal en cage, détenue en otage. Subissant une grossesse que je ne pouvais comprendre, seulement hantée par des yeux écarlate recelant autant de vieillesse que de cruauté. Jamais il ne me toucha. Bien au contraire, ma réclusion prenait la forme d'une suite 5 étoiles, de grooms, de service, tout mes désirs satisfaits mais cet horrible envie de sang qui me dévorait les entrailles. Douce réclusion penserait on...Sans doute...Si ce n'était ces murmures et ces mots. Ses sifflements pernicieux. Au début, je n'écoutais pas, secouant la tête, repoussant en bloc ce qu'il disait. Mais peu à peu...Je n'étais rien, je ne serais jamais rien dans son monde, juste un chien que l'on promenerait en laisse. Mon enfant ne serait qu'une expérience de plus, Corin ne pourrait pas nous protéger, il n'en avait pas la force. Ces mots...Tout ces mots, atroces, vicieux et pourtant...Parfois si vrais. Il n'y avait aucun espoir, aucun.

Les jours sont passés, vides, seulement brisé par mon ventre qui ne cessait de s'arrondir, les douleurs qui me brisaient les côtes dès que l'enfant bougeait trop fort. Mon corps se reconstruisant sans cesse. un cycle de souffrance arrosé de sang. Non, mon bourreau ne me laisserait pas dépêrir, il ne me laisserait pas mourir alors que j'en venais parfois a le souhaiter tant cela faisait mal. Et puis...Il est partit. Je ne l'ai plus revu. Et sans m'en rendre vraiment compte, ces jours passés avait fait de lui mon seul soutient, maintenant, j'étais seule. Le ventre distendu, prêt a craquer, une douleur atroce me parcourant, le son horrible des os qui se brisaient pour se ressouder presque aussitôt.

Etais je destinée a accoucher dans d'horrible souffrance, seule dans cette chambre luxueuse ? Les gardes postés faisait comme si je n'existais pas et je n'étais pas assez puissante pour passer en force, alors oui, j'accoucherais et je mourrais en le faisant. Mais peut être n'était ce pas là mon destin...

J'aurais dût être heureuse de le voir, de le revoir malgré une vision brouillée de mal. Oui, j'aurais sans doute dût, mais je n'avais pu retenir un mouvement de rejet, de répulsion. Pourtant j'avais besoin de lui alors que notre enfant se frayait un chemin dans mon corps. Alors oui, il m'a aidé, acceuillant le bébé entre ses mains maculées de sang, l'arrachant presque aux chairs martyrisées de mon ventre. J'étais éternelle, pas immortelle et il arrêta l'hémorragie qui m'empêchait de vraiment guérir. En vérité, je n'avais plus mal, mon enfant pleurait, c'était tout ce dont j'avais besoin. J'ai sombré dans un sommeil sans fin pourrait on dire, repoussant Corin dans un dernier geste de défense.

Je ne sais pas combien de temps cela dura, mais je fini par m'éveiller avec une seule idée en tête. M'enfuir. Un reflexe lache mais si fort que je ne pouvais pas y résister. Prendre mon fils et partir loin. Très loin. Oublier. Tout oublier.

J'ai trompé leur vigilence, je l'ai trompé lui tout simplement, dissimulant ma colère et ma haine soudaine, si seulement je ne l'avais jamais rencontré, rien ne serait jamais arrivé. Une rancoeur née de ma peur, de paroles fielleuses et pleine de venin. Il faisait nuit, c'était si facile, terriblement facile...Alors oui, j'ai fuis avec juste mon fils dans les bras.

Depuis enfant, j'étais seule, aujourd'hui, je ne l'étais plus mais mes reflexes de survie étaient si bien rodés qu'il ne me fallut pas longtemps pour rallier Palerme, pour m'y installer, cachant mon fils qui grandissait bien trop vite, m'angoissant devant ce que je ne pouvais pas comprendre...Il lui ressemblait tellement...Pourtant, j'aimais mon fils, cette partie de moi, la seule famille que j'avais, le seul que je pouvais aimer sans risquer d'être blessée a nouveau. Rapidement, je trouvais un travail, et, sans vraiment comprendre comment ni pourquoi, j'attirais les regards d'un couturier travaillant pour une célèbre maison. Il m'approcha, a ses risques et périls. Il mit trois semaines a me convaincre, une ne serait ce que pour daigner entendre ma voix. Il aimait la douleur qui dormait dans mes iris, cette tristesse qui semblait sans fin. La douceur de mon visage. J'aurais presque put penser qu'il venait de tomber amoureux si je n'avais pas deviner une autre femme, si il ne me regardait qu'avec sympathie, admiration mais pas de concupiscence, pas d'avidité. Il me trouvait belle. Grande, blonde, fine et en même temps forte, mais surtout, c'était ce qui émanait de moi, la mélancolie, une saveur sucrée et amère, disait il.

Alors pourquoi pas ? Je n'avais rien, je pouvais avoir tout. Raphaël méritait une belle vie, lui qui marchait déjà, que je voyais grandir a vu d'oeil, qui se nourissait comme un humain. Pour lui...Je m'exposerais sur papier glacé. Maintenant, il n'y avait plus que moi et mon fils, le reste...n'existait plus.

.
Behind the screen

Ton p'tit nom (ou surnom ou pseudo) : Wasabi.
Comment t'as connu le forum ? Le marsu est passé par là *o*
Pourquoi ce forum et pas un autre, dis ? Beau, riche, j'aime *o*
Et c'est quoi le code ? TA.
Avant qu'on se quitte (ou qu'on se trouve ! \o/) tu veux rajouter un petit mot ? mot \o/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tisha Taylor   Sam 14 Avr - 22:13

Bienvenue!

J'aime beaucoup, mais alors beaucoup ta fiche !

J'espère qu'on pourra RP ensemble Smile A bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Corin Dunegan

avatar

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 20/06/2009
Avatar : Ed Westwick
Âge : Vampire, envouté par une louve
Nationalié : Espion
Avec : Rome


MessageSujet: Re: Tisha Taylor   Sam 14 Avr - 22:54

Mon amour qui est si cruelle avec moi >.>


_________________
Corin

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tisha Taylor   Sam 14 Avr - 23:29

Je meurs. J'ai frissonné à balle. Je valide, je valide, mon Dieu je valide ! *_______________*
Revenir en haut Aller en bas
Tisha Taylor

avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 14/04/2012
Âge : Enfant de la Lune, irrémédiablement perdue dans les bras d'un vampire.
Nationalié : Egérie
Avec : Palerme


MessageSujet: Re: Tisha Taylor   Sam 14 Avr - 23:34

Merciiiiiiiiiiiii <3

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tisha Taylor   Sam 14 Avr - 23:48

Bienvenue et félicitations pour la fiche Teuplaiiii
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tisha Taylor   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tisha Taylor
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINE] Epilogue. ? (Taylor A. Lacey)
» Présentation de Taylor Black. [Validée]
» (M) Taylor Kitsch ft. Thomas Desmond Fletcher • Libre
» Taylor Takami (gryffon)
» Jonathan Loïs Taylor ~ Cours droit devant. {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Fascination :: Fiches validées :: Loups-Garous-
Sauter vers: