jQuery().ready(function(){ var banner = new Array(); banner[0]='http://image.noelshack.com/fichiers/2016/03/1453226391-header-hiver-6-2.png'; banner[1]='http://image.noelshack.com/fichiers/2016/03/1453226394-header-hiver-6.png'; banner[2]='http://image.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Caem Denver [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caem Denver
Je préfère l'Enfer à tes côtés
plutôt que le Paradis sans toi.
avatar

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 27/01/2012
Avatar : Joseph Fiennes
Âge : Humain
Nationalié : Inspecteur
Avec : Venise


MessageSujet: Caem Denver [100%]   Ven 27 Jan - 21:57

Caem.Denver

.
Identity card


Photography ;


(c) berenice
Ma petite personne ;

NOM : Denver
PRÉNOM : Caem
AUTRE(S) PRÉNOM(S) : //

AGE : 29 ans
NÉ(E) LE : 05 novembre A : Waterford, Irlande
HABITE : Venise
CLASSE SOCIALE : Moyenne
EMPLOI : Inspecteur

GROUPE : Humains
ANIMAL : //
DON : //
CÉLÉBRITÉ CHOISIE : Joseph Fiennes
Ma petite tête ;



.
A whole story

PART I

-Monsieur? Vous désirez boire quelque chose?

La voix me parvient de loin mais ça me réveille malgré tout. Il me faut quelques secondes pour réaliser que je ne suis pas chez moi, mais dans l'avion. Mon regard se pose sur l'hôtesse de l'air qui se trouve à ma gauche et j'esquisse un maigre sourire en secouant négativement la tête.

-Non merci.

Elle s'éloigne et je soupire avant de regarder pour la millième fois mon billet d'avion : Mon nom (Denver), mon prénom (Caem), ma ville de départ (Dublin, là où je vis) et ma destination (Austin, là où vit ma soeur). Un regard bref sur ma montre m'indique qu'il me reste encore plusieurs heures avant d'arriver et j'en frissonnerais presque : J'ai horreur de l'avion. Les gens autour de moi semblent calmes et pas vraiment stressés. Suis-je le seul à être flippé de cette manière? C'est possible oui. Ca ne change rien au problème : Je déteste l'avion, et ça n'est pas prêt de changer. Il y a d'autres choses que je déteste comme les avocats (Le métier, pas le légume), les journalistes, les gens qui ont tendance à trop faire la morale et les gens qui suivent les autres comme des moutons. Autre chose que je déteste : le terrorisme et tout acte violent envers mon pays. C'est ce qui m'a poussé à devenir inspecteur au sein de l'USD (L'Unité Spéciale de Détectives), le secteur spécialisé en Crime et Sécurité de la Garde Civile Irlandaise. A 27 ans, j'ai déjà un beau parcours derrière et moi et j'ai bien l'intention de ne pas m'arrêter là.

J'aime mon pays, j'aime défendre mes compatriotes.

C'est sans doute le trait de mon caractère le plus poussé : Le patriotisme. Par contre, je suis quelqu'un de très indépendant et du coup, il m'arrive souvent d'être en conflit avec mes supérieurs. Heureusement que je fais bien mon boulot, sinon j'aurais probablement déjà été renvoyé... En dehors du travail, je suis un homme plutôt sympa (Mes amis vous le diront), châleureux et je n'ai aucun problème à me mélanger en société. Je ne suis pas du genre sauvage, du genre "Laissez-moi, ne vous approchez pas!". Non, c'est plutôt dans le style "Venez faire la fête avec nous!". Ah oui, parce que j'adore faire la fête (Mes amis vous le confirmeront). Comme si ça pouvait être surprenant... Je suis Irlandais : La fête coule dans mes veines! Autre chose coule dans mes veines : L'amour et la haine pour l'alcool. C'est une partie de mon être avec laquelle j'ai appris à cohabiter depuis plus d'un an. L'amour parce qu'une partie de moi en a toujours envie, la haine parce que cela a failli détruire ma vie et celle de ma femme, Coleen... C'est un côté sombre de moi-même que je n'aurais jamais cru posséder et pourtant... Heureusement que je fais preuve de détermination et de persévérance, sinon je n'aurais jamais pu m'en sortir... Il y aussi ce côté un peu violent en moi, mais Coleen est persuadée que c'est mon boulot qui a eu cet effet sur moi. Attention, je ne suis pas violent physiquement avec elle (De ce côté là, je le suis suffisament au travail quand c'est nécessaire), mais je le suis parfois dans mes mots, dans mes attitudes... On ne peut pas être parfait...


-M'sieur Caem!!!


Je sursaute et me retourne pour voir le petit bonhomme qui est déjà venu me voir peu après le décollage. Il a dit s'ennuyer et a demandé à s'assoir avec moi et je n'ai pas pu lui refuser. Il a 6 ans.

-Maman est partie aux toilettes, alors j'en profite pour v'nir vous voir!

-Voyez-vous ça... Elle va être ravie de voir que tu as déserté ton siège... Encore!

-Y'a des trucs que j'ai pas eu le temps de vous d'mander tout à l'heure... J'peux?

-Même si je te dis non, tu vas insister pas vrai?

-Oui!


Je dois bien avouer que ce môme me fait craquer. Il s'installe donc sur le siège à côté de moi, un grand sourire accroché à ses lèvres.

-Alors, qu'est-ce que tu veux savoir?

-Déjà, est-ce qu'à votre avis, quand j'serai grand, j'serai aussi grand et fort que vous?


Je retiens un rire. Moi, grand et fort... En même temps, il a raison : Du haut de mes 1m90, on peut dire que je suis grand oui. Après, fort, c'est grâce à l'exercice ça. Cela dit, je ne pensais pas que mes muscles pouvaient se voir à travers mes vêtements. Voyons voir... Non, je n'ai pas un corps body-buildé mais juste un corps un peu musclé... Ah, c'est peut-être à cause de mes mains qu'il dit ça : Elles sont quand même grandes et fortes. Me voilà parti dans mes pensées alors que le petit attend une réponse.

-Eh bien pour ce qui est d'être fort, il suffira que tu t'entraînes un peu, et puis grand... Mets-toi debout pour voir?

Le petit s'éxécute et je souris.

-T'es déjà bien grand! Je suis sûr que tu me dépasseras.

-SUPER!

-Chut!


Il se réinstalle, et sautille presque sur le siège.

-C'est trop génial! J'espère trop être comme vous quand je serai vieux!

Ouch... Vieux?... Faut pas éxagérer quand même...

-Comme moi?

-Bah oui! Comme ça j'aurai une belle femme comme maman!


Silence.

-Euh... Tu m'as perdu là...

-Bah maman elle est belle, et elle vous trouve beau! Alors si j'suis beau, j'aurai une belle femme comme maman!

Alors là, je ne peux pas m'empêcher de rire. C'est d'ailleurs un peu trop bruyant puisque d'autres passagers me font signe de me taire. Je prends quelques secondes pour me calmer et y réfléchir. Je ne me suis jamais considéré comme quelqu'un de beau. Avec du charme d'accord, mais beau... J'ai souvent mes cheveux bruns en bataille et une barbe de quelques jours sur le visage. En plus, pour ce qui est des fringues en dehors du boulot, elles n'ont rien de spécial : La plupart du temps des jeans et des T-shirt simples. Ce sont peut-être mes yeux couleur noisette et mon regard souvent profond rehaussé par des sourcils assez larges et expressifs qui font mon charme, je n'en sais rien. Oui, quand j'y pense, je n'ai jamais eu de souci avec les filles mais bon, elles n'étaient pas non plus accrochées à mes basques en espérant un rendez-vous. Dans ma jeunesse (Re ouch) j'ai souvent séduit des nanas, mais l'inverse s'est rarement produit finalement. Sauf avec Coleen. Mon sourire s'efface doucement et mon visage se crispe. Je ne dis plus rien. Le petit se rend sans doute compte que quelque chose ne va pas puisqu'il s'approche de moi et pose sa petite main sur mon épaule. Je me retourne pour le regard : Il est à genoux sur le siège, seul moyen pour lui d'arriver jusqu'à mon épaule.

-Vous avez mal au ventre m'sieur Caem?

-Non bonhomme. T'en fais pas. C'est parce que... Tu peux garder un secret?...

-Oui!

Je marque un petit silence et me penche pour lui dire tout bas :

-J'ai peur en avion...

-Ah bon?

-Oui... Et j'en ai honte... Ne le dis à personne d'accord?

-Promis!

-Merci.

Il se réinstalle correctement sur le siège et j'ai du mal à garder un sourire accroché à mes lèvres. Pour la première fois depuis qu'il est venu me rejoindre, j'ai envie que sa mère vienne le chercher. Non pas qu'il me dérange, mais j'ignore combien de temps je vais pouvoir garder cette expression sympa sur le visage...

-Vous avez une belle femme comme maman vous?

Et ça, ça ne va pas m'aider non plus. J'avale ma salive et tente de parler d'une voix calme et posée.

-Oui mais elle est restée à Dublin.

-Ah... Pourquoi elle vient pas voir votre soeur avec vous?

-Parce qu'elle travaille.

J'improvise mais je ne vais pas pouvoir le faire longtemps. Les enfants ont tendance à lire en nous comme dans un livre ouvert et je ne veux pas que lui le fasse.

-ETHAN!

On sursaute tous les deux : Sa mère vient d'arriver. Et voilà qu'elle s'excuse.

-Je suis vraiment désolée... Je me suis absentée cinq minutes... Tu es impossible Ethan!


-Il ne me dérange pas, au contraire.

J'esquisse un sourire à la maman : Il a dit qu'elle me trouvait beau, alors si je peux utiliser cette carte (Même si ça ne me ressemble pas) pour lui éviter de se faire disputer, autant le faire. Voilà qu'elle rougit à moitié et me sourit.

-Oh... Merci, c'est gentil...

-Hey, tu reviens me voir avant qu'on arrive, d'accord bonhomme?

-D'accord m'sieur Caem!!!


Ils retournent à leur place, et me voilà à nouveau seul avec mes pensées. Mon sourire a définitivement disparu de mon visage : Je n'ai plus à tricher puisque le petit est parti.

Coleen... Ma femme... Je lui ai menti pour pouvoir grimper dans cet avion et m'éloigner de la maison. Pourtant, je l'aime plus que tout au monde... Le fait est que j'ai besoin d'espace sinon je sais que je vais replonger. Ce n'est pas de notre vie que je veux m'éloigner, parce que notre vie me convient : Une vie calme, simple et agréable. Enfin, en dehors de mon boulot... C'est vrai que ça me prend beaucoup de temps et que je suis un homme tout autre quand je travaille mais dès que je rentre à la maison, je retrouve ma femme, notre "chez nous" et j'en suis très heureux. Les jours où je ne travaille pas, nous allons marcher ensemble, faire des tours en bateau (Nous ne sommes pas très riches mais vivons confortablement). Les soirées se passent souvent à la maison devant un repas et un petit film avec nos amis. De temps à autres, je retrouve mes amis dans un bar (Ce qui est à chaque fois une épreuve mais je veux pouvoir continuer à faire la fête) et nous passons des soirées agréables et amusantes. Il arrive même à Coleen et aux compagnes de mes amis d'être avec nous. Bref, on peut parler de routine, mais c'est une routine qui me convient. En fait, quand j'y pense, mes loisirs se résument à ma femme et mes amis. Mais encore une fois, ça me convient. Alors pourquoi suis-je parti en mentant à ma femme?

Pour en arriver là, on va commencer par le début.

J'ai vu le jour en Irlande d'un père Irlandais et d'une mère Libanaise. Si physiquement, je suis un sacré mélange des deux physiques, dans ma tête, je suis Irlandais jusqu'au bout des ongles. Je ne renie pas ma mère, ni d'où elle vient, mais en ce qui me concerne, je suis né Irlandais et mourrai Irlandais. Dès mon plus jeune âge, j'ai affirmé cette tendance à préferer ce pays et ma mère ne m'en a jamais tenu rigueur. J'ai commencé ma vie en tant que fils unique : Deux années après ma naissance, ce fait changea avec l'arrivée de Norah. Cela ne me dérangea pas : J'étais petit mais j'avais déjà cet instinct de protéger ma petite soeur. Norah et moi n'avons que deux ans d'écart, nous avons donc été tout de suite très proches. Mes parents avaient la passion des voyages : Mon père étant reporter photo, il avait besoin de voyager pour son travail mais c'était surtout un plaisir. Malheureusement, je n'aimais pas trop ça (Peur de l'avion, souvenez-nous). Et au fil des années, ça n'alla pas en s'arrangeant. Je préférais rester à un endroit et me faire des amis plutôt que de déménager souvent. Si avec moi les voyages ne passaient pas très bien, pour Norah, c'était l'inverse. La demoiselle était une aventurière en herbe. C'était sans aucun doute grâce à elle que j'arrivais à supporter les voyages au lieu de les détester complètement. Puis arriva la naissance de la petite dernière : Neve, aujourd'hui âgée de dix-sept ans. Quand je pense que j'ai dix ans de plus qu'elle... Cette véritable tornade chamboula les habitudes de mes parents et du coup, ils posèrent leurs bagages à Dublin, afin d'y vivre. Comme j'étais bien assez grand pour veiller sur mes deux soeurs (Même si Norah était déjà grande) lorsque mes parents n'étaient pas là, ils continuèrent à voyager même si les voyages se firent beaucoup plus rares. Lorsque nous étions tous les trois à la maison, l'ambiance était souvent électrique. Il faut dire que nous avons tous un caractère plutôt bien trempé et imprévisible. Nos parents étaient des gens libres, simples et ils nous avaient élevés avec ces valeurs. Aussi, que ce soit moi, Norah ou Neve, nous étions des enfants assez perturbateurs. C'est d'ailleurs peu après l'arrivée de Neve que j'ai commencé à sortir plus souvent avec mes amis et à faire la fête dès que j'en avais le temps : Des bars, de la Guinness à n'en plus finir et des filles. Une période assez sympa.

A dix-neuf ans, j'ai décroché une place au sein de la "Garda" : La Garde Civile Irlandaise. J'en étais très fier. J'ai donc quitté la maison pour me prendre un petit appartement en plein centre-ville afin d'être au plus près de mon travail. C'est là que j'ai rencontré Coleen pour la première fois : Elle habitait l'appartement d'en face et nous sommes rapidement devenus amis. C'était la première fois que j'étais ami avec une fille, et ça me plaisait. Je n'aurais jamais cru que nous finirions mariés. Enfin bref, j'ai très rapidement pris mon travail très au sérieux et fait au mieux pour monter en grade. Ma vie à ce moment-là était parfaite, jusqu'à ce que des rumeurs commencent à faire leur apparition sur le compte de Norah. Je n'y croyais pas et je ne supportais pas qu'on parle d'elle. Je l'ai donc défendue du mieux que j'ai pu, avec passion, avec détermination, jusqu'à ce que ceux qui se disaient mes amis me tournent le dos. A l'époque, je n'avais pas réalisé qu'ils étaient tout simplement plus cons les uns que les autres... A l'époque, j'ai accusé Norah d'être la reponsable. A l'époque, j'ai regretté d'avoir défendu ma soeur. Un soir, une violente dispute a éclaté entre nous à cause de ça et nous en sommes venus aux mains. Je m'en veux toujours aujourd'hui d'avoir levé la main sur elle mais ce soir-là, elle s'est transformée en une véritable furie et quand elle s'est jetée sur moi, je me suis défendu. Je sais aujourd'hui pourquoi elle a réagi si violemment, mais sur le moment, je ne pouvais pas deviner. Les semaines suivantes, ni elle ni moi avons fait l'effort d'essayer de parler à l'autre et elle a terminé par quitter l'Irlande pour voyager : Elle avait dix-sept ans. Et moi, j'avais perdu ma petite soeur. Heureusement, Coleen ne m'avait pas tourné le dos et elle a été là pour moi, pour me réconforter. Quelques temps plus tard, j'ai repris contact avec Norah et j'ai obtenu son pardon. Dès lors, malgré la distance qui pouvait nous séparer, nous sommes redevenus très proches.

A vingt-trois ans, je suis devenu inspecteur et j'ai été transféré à l'USD (Pas besoin de vous expliquer ce que c'est puisque c'est déjà fait). Je me souviens très bien du soir où nous avons fêté ça avec Coleen : C'est le soir où nous avons échangé notre premier baiser et passé notre première nuit ensemble. Eh oui : On était du genre rapide, que voulez-vous... En même temps, on se connaissait depuis un moment alors... C'était facile, naturel, comme si c'était tout simplement dans l'ordre des choses. Dix mois plus tard, je l'ai demandée en mariage et elle a accepté : C'a été une belle soirée dans notre pub préféré... On a juste terminé avec le cerveau en vrac... Puis est arrivé le mariage qui s'est merveilleusement bien passé : Nous avons tous passé une journée formidable. Neve a su bien se tenir et Norah, ma chère Norah (Oui, c'est ma préférée, et après?...) a même fait le déplacement pour être à nos côtés. J'ai su ensuite qu'elles avaient terminé la nuit dans les bars et j'en ai été content : Elles avaient pu profiter l'une de l'autre et c'était bien. Norah est ensuite repartie à l'aventure et j'ai continué ma vie en compagnie de Coleen. Encore une fois, tout était trop parfait pour que ça puisse durer... Peu après notre premier anniversaire de mariage, Coleen a lancé un sujet délicat : Les enfants. Enfin, un sujet délicat pour moi à l'époque en tout cas. J'avais à peine vingt-cinq ans, et même si nous nous connaissions depuis plusieurs années, je n'étais pas prêt à avoir un enfant. J'avais déjà énormément changé : Les soirs dans les bars, les nuits avec des filles insignifiantes, tout ça était derrière moi et j'en étais heureux. Mais Coleen en demandait encore plus et j'en étais incapable. Bien sûr, ce n'était pas un non définitif mais elle l'a pris comme ça et nous nous sommes alors disputés de manière assez violente. Nous avons tous les deux dit des choses que nous avons regrettées par la suite, mais c'était trop tard : Le mal était fait. Après cette dispute, Coleen s'est enfermée dans le silence et j'ai fait pareil. On est resté des semaines sans s'adresser la parole, sans se regarder : Nous étions des fantômes l'un pour l'autre. Pourquoi ne m'a-t-elle pas quitté? Pourquoi ne l'ai-je pas quitté? Parce que nous nous aimions toujours malgré tout et qu'on ne pouvait pas vivre l'un sans l'autre. Ce silence était sans doute nécessaire. Coleen l'a supporté. Pas moi... Un soir, son silence me pesait tellement que j'ai décidé de prendre une cuite. J'ai appelé mes nouveaux amis (Que nous avions rencontré Coleen et moi lors d'une soirée dans un pub) et je suis sorti avec eux. J'ai tellement bu que j'en ai oublié tout le reste et la sensation a été tellement agréable que j'ai recommencé le lendemain soir.

Ces deux soirées ont marqué le début de ma descente aux enfers...

Après ça, je n'ai plus réellement pris de cuites. J'ai plutôt pris l'habitude de boire à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. L'ivresse, la liberté, je voulais ressentir ça de manière continue et pas uniquement pendant une partie de la journée. Je n'étais jamais complètement saoul quand je travaillais (Je tenais à mon travail). Par contre, quand je rentrais à la maison, je n'hésitais pas à forcer sur les doses. Coleen a assisté à ça, impuissante et quand elle a vu à quel point je sombrais, elle a brisé le silence. Elle m'a dit qu'elle était désolée, qu'elle était responsable de mon état, que j'étais malade et que je devais me faire soigner. Je me souviens bien de cette soirée parce que j'ai été violent envers elle. Je ne l'ai pas touchée, mais j'ai carrément explosé une vitre par la colère. Nous avons terminé la soirée aux urgences. Le lendemain, j'ai repris ma routine : Alcool, travail, alcool... Et elle, elle est restée. Sincèrement, j'ai du mal à comprendre comment elle a tenu le coup. A cette époque là, je n'ai plus donné beaucoup de nouvelles à Norah et à mes parents, prétextant que j'avais trop de travail. Ils n'ont jamais su ce qui m'est arrivé, ce qui nous est arrivé... Coleen a gardé le secret, elle a fait face toute seule à ma maladie, à mes colères... Elle était forte, en tout cas, elle en avait l'air. Ca a duré plusieurs mois... Jusqu'au jour où la coupe a été pleine. Jusqu'au jour où, un matin, elle a épuisé ses dernières forces pour essayer de me convaincre de m'inscrire aux "alcooliques anonymes" pour la centième fois. Et moi, comme d'habitude, je l'ai envoyée se faire voir, je lui ai crié dessus et je suis allé au travail. Ce soir-là, quand je suis rentré, j'ai trouvé l'appartement à moitié vide : Elle avait emporté toutes ses affaires sans même laisser un mot. Je me suis effondré et j'ai tout de suite essayé de l'appeler, sans succès. Le lendemain matin, j'étais inscrit aux "alcooliques anonymes" et pendant plusieurs jours, je lui ai laissé des messages, jusqu'à ce que sa boîte vocale soit pleine. Faire face au sevrage tout seul a été une véritable épreuve de force : J'ai posé un mois de vacances. Je ne pouvais pas aller travailler dans mon état. Et un matin, alors que j'avais encore passé une nuit atroce, après plus d'une semaine d'absence, elle était là, à mes côtés. Je me souviens avoir pleuré comme jamais dans ses bras. Son soutien m'a été vital : Je crois que sans elle, je n'aurais pas réussi à tenir le coup. Un an plus tard, j'ai eu mon jeton de récompense des "alcooliques anonymes". Un jeton sur lequel il est écrit : Sobre depuis un an. On a fêté ça dignement, mais sans alcool pour moi. Ca a d'ailleurs été ma première sortie dans un bar depuis très longtemps et ça s'est plutôt bien passé, même si ça n'a pas été facile. Mon jeton est précieusement rangé dans mon porte-feuille et j'y jette souvent un coup d'oeil pour me rappeler ce que j'ai fait, et surtout, ce que j'ai failli faire : Foutre ma vie et celle de ma femme en l'air. Malgré cette certitude, malgré cette envie de bien faire et d'éviter de refaire les mêmes erreurs, j'ai toujours cette peur en moi de replonger.

Et me voilà, trois mois après cette célébration, dans un avion pour le Texas. Si j'ai pris la peine de repenser à tout ça, c'est parce que je devais m'y replonger pour me remettre les idées en place. Depuis quelques semaines, Coleen agit de façon étrange : Elle est distante, ailleurs et presque tout le temps silencieuse. Cela me rappelle de mauvais souvenirs et quand je lui demande ce qui ne va pas, elle me répond simplement que tout va bien, que je ne dois pas m'inquiéter. Pourtant, je sens que quelque chose cloche et je suis sûr qu'elle a peur de m'en parler parce qu'elle a peur de ma réaction. Elle a sans doute peur que je replonge, et elle a raison. Si j'ai pris l'avion pour voir ma soeur, c'est parce que j'avais deux solutions : Soit prendre cet avion justement, soit aller prendre un verre et j'ai préféré choisir la première option. Un coup de fil de Norah est arrivé pil au bon moment. Lorsque j'ai été mieux après l'arrêt de l'alcool, j'ai reparlé plus souvent à Norah et je l'ai sentie différente. Puis, il doit y avoir une semaine, elle a appelé à la maison pendant que j'étais au travail. Coleen m'a dit qu'elle n'était pas restée longtemps au téléphone et qu'elle n'avait pas l'air au mieux de sa forme. J'ai tout de suite appelé ma mère en suivant, histoire de savoir si elle était au courant de quelque chose. Elle aussi m'a semblé inquiète et j'ai compris qu'elle savait forcément quelque chose et qu'elle me le cachait. L'après-midi même, nous nous sommes retrouvés pour en discuter et c'est là qu'elle a terminé par m'avouer l'incroyable vérité sur Norah, sur ce qui lui était arrivée alors qu'elle n'avait que onze ans. Il m'a fallu de nombreuses minutes pour accepter cette révélation incroyable : J'avais entendu parler des créatures mythiques dans les contes mais je n'avais jamais pensé qu'elles pouvaient vraiment exister. Les loups-garous existaient réellement : Ca, c'était une sacrée claque dans la figure... Cela expliquait cependant beaucoup de choses sur le comportement de Norah depuis cette attaque. Quand je suis rentré à la maison, j'étais encore sous le choc et lorsque j'ai vu Coleen arriver, le regard absent, le visage fermé, j'ai pris ma décision sans même y réfléchir : J'allais retrouver ma soeur, parler de ce qui lui était arrivé et essayer de la soutenir. C'était en plus pour moi l'occasion de m'éloigner de Coleen et de la laisser réfléchir à ce qu'elle devait me dire : Ca allait peut-être la décider. J'ai donc expliqué à Coleen que Norah n'allait pas bien et que je devais aller la voir. Elle m'a demandé de ne pas partir, de rester avec elle et je lui ai demandé encore une fois si elle n'avait pas quelque chose à me dire. Pour seule réponse, j'ai eu droit à un nouveau silence. Je lui ai donc confirmé que je partais pour Austin, seul. Elle n'a rien ajouté de plus.

J'ai donc pris l'avion, en évitant de dire à Coleen la raison cachée de mon départ.

-M'sieur Caem!!!

Ah, revoilà mon petit bonhomme. Je tourne mon visage vers lui et lui adresse un bien maigre sourire. Je sors à peine de mon retour dans le passé : Difficile de sourire à pleines dents juste après ça.

-Ah, mais vous inquitez pas... On est bientôt arrivé! Alors j'suis venu vous dire au revoir! Vous ferez un gros méga bisou à vot' soeur de ma part, hein???

-C'est promis. Et toi, continues à grandir. Qui sait? On se reverra peut-être un jour et ce jour-là, j'espère bien que tu m'auras rattrapé.


Et voilà que le petit se jette à mon cou pour un câlin : Y'a un an, je l'aurais certainement repoussé, trop surpris par cet élan de tendresse de la part d'un enfant. Aujourd'hui, je lui rend son câlin.

-Tu devrais retourner t'assoir : Ta mère va encore râler sinon...

-Oui!


Il descent du siège et me sourit. Je lui rends son sourire : Que faire d'autre face à un enfant aussi adorable?

-A la prochaine Ethan.

-Au r'voir M'sieur Caem!


Il file rejoindre sa mère et je soupire, un petit sourire toujours accroché à mes lèvres. Je regarde dehors : L'avion commence à descendre. J'attache ma ceinture et je prends une grande respiration : Je prie pour qu'on ne se crashe pas. Peur des avions, quand tu nous tiens. J'ai une pensée pour Coleen, une pensée pour Norah. Elle sait que j'arrive mais je ne lui ai pas expliqué pourquoi. J'espère juste qu'elle ne me rejettera pas en apprenant que je suis au courant. C'est ma soeur et qu'elle se transforme en bête au moment de la pleine lune ne change rien à l'amour que je lui porte. J'espère qu'elle saura accepter ça.

J'espère.

J'espère peut-être trop de choses de ce voyage.

J'espère peut-être trop de choses de cette pause dans ma vie.


PART II

-C'est à la journée.

Je ne l'entends pas vraiment. Mes yeux sont posés sur ce qui meuble cette petite chambre plutôt minable de cet hôtel tout autant minable. Pourtant, j'aurais les moyens de me payer mieux mais je n'ai pas envie de mieux. Je n'ai envie de rien. Enfin, pas tout à fait. Il y a bien une chose dont j'ai envie mais...

-Hey ! Je vous cause !

Finalement, je m'aperçois de sa présence et je me retourne : le gérant de l'hôtel est juste à côté de moi, la main tendue vers moi.

-Quoi ?

-Je vous dis que c'est à la journée ici donc vous devez me payer maintenant pour aujourd'hui et la nuit qui arrive. Et si vous voulez rester plus d'une journée, faudra pas oublier de me payer chaque soir ! Hors de question que je me fasse avoir, c'est clair ?

« Vu le prix que tu me demandes pour cet endroit, c'est plutôt moi qui me fait avoir. » C'est ce que je pourrais lui répondre mais je n'ai pas envie de pousser la discussion plus avant alors je me contente de lui poser assez violemment dans la paume de sa main l'argent qu'il me réclame et, avec un regard, je le congédie. Il ne cherche pas plus loin, je pense qu'il a compris qu'il ne fallait pas se frotter à moi. Il quitte la chambre et referme la porte derrière lui. Je laisse tomber ma grosse valise au pied du lit avant de m'asseoir sur ce dernier et de me mettre à fixer obstinément le mur face à moi. Il y a encore deux heures à peine, j'avais un véritable toit, une femme, un fils, mais maintenant... Je soupire et cligne des yeux, sentant les larmes me monter à nouveau aux yeux. Ca me paraît si loin tout ça... Tout me paraît tellement loin et pourtant, ça ne fait quelques mois que nous sommes là, en Italie. Je me souviens de notre arrivée et surtout, je me souviens des mois précédant cette arrivée. Des mois passés à Austin.

------------

Quand j'arrivai là-bas, ce fut le cœur lourd, plein d'appréhension. J'avais laissé ma femme et le silence qui s'était installé entre nous derrière moi et je m'étais tourné vers ma sœur. Je voulais la retrouver et surtout être là pour elle. Cela allait cependant m'être difficile puisque j'ignorais comment elle allait réagir lorsqu'elle allait apprendre que je connaissais la vérité à son sujet. Comme je l'avais crains, ce ne fut pas simple, bien au contraire. Norah me rejeta tout simplement avec violence et ce fut plus que je ne pouvais le supporter. Alors que je me battais encore contre mes démons, ces derniers reprirent le dessus et je replongeai dans l'alcool sans autre préambule. Cela aussi fut également très violent, d'ailleurs, j'ai de la chance de ne pas porter de marques résultant de cette violente bagarre que je fis éclater dans un bar. Cependant, ma nouvelle chute, je ne la fis pas seul : Norah était là, ainsi que son petit ami du moment qui s'appelait Luke. Tous les deux furent à mes côtés pendant ma nouvelle période de sevrage et heureusement car sans leur aide, je n'aurais pas réussi à m'en sortir tout seul. J'avais véritablement l'impression d'avoir touché le fond. Ma guérison n'en était qu'à son début lorsque Coleen débarqua à Austin. Norah et elle avaient manigancé ça derrière mon dos et autant vous dire que ce fut un choc de revoir Coleen. Ce fut également un choc d'apprendre qu'elle était enceinte et que son silence venait de cela. Elle avait eu peur de me parler de son état et elle avait eu de quoi avoir peur : Lorsque nous avions parlé des enfants des mois plus tôt, j'avais sombré dans l'alcool après une violente dispute, alors... Oui, elle avait raison d'avoir peur. Cependant, cette fois, c'était différent. Cette fois, j'étais prêt, même plus que prêt et j'accueillis cette nouvelle avec une immense joie. Et, je retrouvai ma femme pour mon plus grand bonheur. Mais le bonheur ne peut jamais être total et complet n'est-ce pas ? Comme j'aurais voulu que tout se passe bien pour Norah autant que pour moi, mais il en fut tout autrement.

Lorsque Norah débarqua un jour à la maison avec ses valises, nous annonçant qu’elle voulait rejoindre nos parents qui s’étaient depuis peu installés en Italie, ce fut un sacré choc. Pourquoi ? Et Luke ? Luke… Il était en grande partie responsable de cette soudaine décision, mais il n’était pas le seul. Adam avait également fait des dégâts et je ne le portais déjà pas dans mon cœur. Aujourd’hui encore, je pense qu’il a été chanceux que je n’apprenne que bien plus tard tout ce qu’il avait dit à Norah sinon, loup-garou ou pas, je lui aurai défoncé la tronche, ou lui me l’aurait fracassé avant étant donné sa force mais j’aurais au moins essayé… Bref, Norah était décidée à quitter les U.S.A pour l’Italie et il était absolument hors de question que je la laisse partir toute seule, pas dans son état. Elle était au plus mal : Non seulement je le voyais, mais je le sentais également, sans doute grâce à ce lien que nous avons tous les deux du mal à expliquer. Je décidai donc de partir avec elle, et laissai Coleen à Austin en attendant qu’elle prépare son voyage. Cela peut vous paraître égoïste : Oui, je laissais ma femme pour ma sœur mais je ne pouvais pas… Non, je ne voulais pas faire autrement. J’eus peur que Coleen me fasse une scène car je savais qu’elle faisait des efforts quotidiens quand il s’agissait de Norah et moi puisque nous étions très proches mais elle accepta mon départ sans rien me reprocher. Norah et moi prîmes donc la route de l’Italie et une fois arrivés, on aurait pu penser que les choses allaient s’arranger mais d’une certaine manière ce fut encore pire. Durant la semaine qui suivit notre arrivée, Norah se renferma de plus en plus et l’arrivée de Coleen et de la tornade Neve n’y changea rien, bien au contraire. Norah semblait enfermée dans une spirale dont elle n’arrivait pas à sortir et je la surveillais de près, craignant qu’elle fasse une bêtise : Elle en était capable et surtout, elle en était arrivée à ce stade. Ca aussi je pouvais le sentir…

J’aurais tant aimé me tromper…

Malheureusement, j’avais raison et un jour, alors que la journée s’annonçait belle, alors que nous avions prévu de profiter de la plage tous ensemble, je trouvai ma sœur baignant dans son propre sang et parvins de justesse à la sauver. Ces images resteront toujours gravées dans ma mémoire : Lorsque je suis entré dans cette chambre et que je l’ai vue inconsciente, que je l’ai crue morte, pendant un instant j’ai voulu mourir aussi. Nous terminâmes tous les deux à l’hôpital d’où je prévins mes parents et Neve (en leur demandant de ne rien dire à Coleen, que j’allais m’en charger car j’avais peur qu’un choc ne provoque son accouchement de façon prématurée). Je restai auprès de Norah mais lorsqu’elle s’éveilla, ce fut une véritable horreur, pour elle comme pour moi. Elle s’était enfermée dans le silence, incapable de parler et ne souhaitais qu’une seule chose : Mourir. Combien de fois l’ai-je supplié de ne plus se faire de mal, de ne pas me laisser car sinon j’allais mourir moi aussi ? Combien de fois ?… De nombreuses fois, c’est certain. Et c’est peut-être grâce à ça qu’elle a fini par abandonner l’idée de mourir… Enfin, Léo y a sans doute été pour beaucoup plus que moi. Léo… Alors celui-ci… J’avais plutôt apprécié Luke jusqu’à ce qu’il brise le cœur de ma sœur, mais Léo, dès le départ je l’ai haïs. En fait, la première fois que je l’ai rencontré, je l’ai trouvé penché sur le lit d’hôpital de ma sœur, l’embrassant avec fougue, ses mains parcourant son corps (cette vision aussi est assez présente dans mon esprit) et ce fut instinctif : Je fonçai sur lui pour lui démolir le portrait, persuadé qu’il était en train d’abuser d’elle. En même temps, comment aurais-je pu croire autre chose ? Il travaillait à l’hôpital et était plus vieux qu’elle, et elle, en nous voyant, elle se planqua sous les draps en sanglotant. Il y avait de quoi penser que ça n’avait pas été consentant, non ?… Mais bon, finalement, ça avait été consentant… Elle est tombée amoureuse de lui et lui, il est tombé amoureux d’elle aussi. Cette relation ne me plaisait pas mais je fis un effort et décidai de laisser une chance à Léo, en grande partie grâce à Neve qui me fit la morale plus d’une fois le concernant. J’aurais mieux fait d’écouter mon instinct jusqu’au bout et de ne pas le laisser s’approcher de ma sœur…

Pourquoi ? Oh mais je vais vous le dire.

Parce que cet enfoiré, après avoir épousé Norah (bien trop vite, ça c’est certain et je n’en reviens toujours pas d’avoir accepté ce mariage…) l’a trompée. Je n’ai même pas essayé de le comprendre ou de lui trouver des excuses : Comment peut-on être capable de tromper une femme comme Norah ? Non, sérieusement, il faut vraiment être un enfoiré de première et ne rien avoir dans le crâne. Elle a beau avoir un sacré caractère, Norah est un don du Ciel, ni plus ni moins. Alors, quand on l’a près de soi, il faut la garder… Et moi, je n’ai pas su la garder. Quand elle s’est mariée et que Coleen a accouché, elle s’est progressivement éloignée de moi jusqu’à ce que je n’ai plus aucune nouvelle. J’avais beau l’appeler, laisser des messages, elle ne me rappelait jamais et j’en étais malade. Mon humeur était abominable et Coleen l’a supporté sans trop broncher bien qu’elle m’ait fait plusieurs fois des remarques à ce sujet. J’étais heureux d’être auprès de ma femme et de mon fils, Connor, oui, j’étais heureux mais il me manquait une grande partie de moi, pour ne pas dire la plus grande partie. Et quand finalement elle a repris contact avec moi pour m’annoncer ce que Léo lui avait fait, ça a été terrible même si, au fond, j’ai été content. Oui, j’ai été content parce que moi, j’avais vu dès le départ quel genre de type c’était et au moins, il n’allait plus lui faire du mal. Cette fois encore, je me trompais. Elle lui pardonna. Purement et simplement. Le pardon… A lui… Qui avait osé… Et pourtant, elle lui pardonna et retourna auprès de lui. Elle ne coupa pas les ponts avec moi comme elle l’avait fait auparavant mais je fus incapable de la voir en compagnie de Léo car je l’avais prévenue : Si je me retrouvais nez à nez avec lui, j’allais le tuer… Honnêtement, j’en aurais été capable. J’étais capable d’une violence que je n’avais jusque là que très peu soupçonné et j’avais beau être inspecteur, puisqu’il avait fait du mal à ma sœur, je voulais lui en faire à lui aussi. Mais si je lui en faisais, j’allais lui en faire, à elle, parce qu’elle l’aimait… Elle aimait cette ordure et moi, j’aimais tellement Norah que je préférais supporter la situation plutôt que de l’aggraver. Jusqu’à ce qu’ils adoptent une jeune demoiselle et que Norah tombe enceinte… Jusqu’à ce que mon amour pour elle ne prenne le dessus et jusqu’à ce que je sois incapable de supporter cette situation plus longtemps. Je me mis alors à chercher frénétiquement tout ce que je pouvais trouver de louche sur Léo dans l’espoir de pouvoir le discréditer définitivement aux yeux de Norah. Malheureusement, je ne trouvai rien. RIEN. Certes, il était loin d’être blanc comme neige mais il n’y avait rien qui pouvait justifier que Norah s’éloigne de lui comme je le souhaitais. Il était néfaste pour elle et il allait gâcher sa vie entière.

Je devais empêcher ça.

Alors, je décidai de mentir. Il n'avait pas de casier judiciaire ? J'allais lui en inventer un. J'allais inventer tout ce qu'il faudrait pour montrer à Norah quel type il était. Et je le fis. Oh, je ne le fis pas officiellement mais il me suffisait d'aller trouver Norah et lui raconter ce que j'avais trouvé sur Léo et elle allait changer d'avis. Elle allait forcément changer d'avis... Je l'appelai d'abord, lui disant que je voulais lui parler et surtout pour savoir quand Léo serait parti car il était hors de question que je le croise. Finalement, ce même jour, en début de soirée j'allais chez elle, directement après le travail. Elle fut bien sûr heureuse de me voir et lorsqu'elle me serra contre elle, je lui rendis son étreinte, ne pensant brièvement plus à ce que j'étais sur le point de faire. C'était horrible de lui mentir de cette façon mais c'était le seul moyen de la protéger. Lorsqu'elle se recula, elle vit mon visage fermé et tout sourire disparut de son visage car elle comprit tout de suite que quelque chose n'allait pas. Je la fis s'asseoir et n'y allait pas par quatre chemins : Je lui expliquai ce que j'avais trouvé sur Léo, sur ce qu'il avait pu commettre comme méfaits, même si finalement il avait été relâché par fautes de preuves. J'allais même jusqu'à lui dire qu'il avait été accusé d'attouchements sexuels envers une patiente de l'hôpital qui avait, finalement, retiré sa plainte sans doute par peur des représailles de la part de Léo. Mon désir de la protéger n'avait aucune limite. Cependant, pour ma plus grande horreur, ce ne fut pas suffisant. Bien qu'elle fut particulièrement choquée sur le moment, elle finit par me dire qu'il était sans doute innocent puisqu'il n'avait pas été condamné, que la fille avait sans doute menti... Je sentis mon sang se mettre à bouillir dans mes veines : Elle l'aimait donc à ce point... Alors j'allais devoir aller plus loin, j'allais devoir faire une chose terrible mais c'était nécessaire. Je lui répondis qu'il était coupable, même si elle le croyait innocent. Je lui dis que je ne voulais pas d'un homme tel que lui dans notre famille. Et surtout... Je lui dis, droit dans les yeux, qu'elle devait à présent choisir entre Léo et moi. Je lui dis que si elle voulait qu'il fasse partie de sa vie, moi, je n'en ferais plus partie. Si elle décidait de croire en Léo, de rester avec lui, elle ne me reverrait plus jamais. Un silence s'installa. Elle était incapable de répondre quoi que ce soit, trop choquée sans aucun doute par ce dernier coup que je venais de lui porter mais je ne le regrettais pas, oh non. J'étais prêt à tout pour l'éloigner de lui, même à prendre le risque de la perdre. Pourtant, si elle devait le choisir, ça me tuerait car je ne pouvais pas vivre sans elle : Norah n'était pas que ma sœur, elle était mon âme sœur et sans elle... Mais je refusais de penser à ça. Je m'en allai en la laissant derrière moi, sans même lui lancer un dernier regard. Elle avait un choix à faire et il était normal qu'elle ait besoin d'un peu de temps. Je ne pouvais que prier pour que ce choix se porte sur moi.

Lorsque je rentrai à la maison, il était plus de 21 heures. J'étais épuisé et j'étais tendu, j'avais peur. J'attendais un coup de fil : Le coup de fil qui allait tout changer. Je jetai d'ailleurs un coup d'oeil à mon téléphone tout en m'avançant dans l'entrée sans même prendre la peine de retirer ma veste et lorsque je relevai mon regard de mon téléphone (Norah n'avait pas encore appelé bien sûr), je me stoppai net. Coleen était assise sur le canapé, les bras croisés, le visage fermé. Je fronçai les sourcils ne m'attendant pas à un tel accueil : Je n'avais rien fait de mal en dehors de rentrer tard alors pourquoi cet air ?

-Bonsoir...

Sa voix était froide. C'était vraiment mauvais signe mais je n'y comprenais rien.

-Bonsoir. Qu'est-ce qui se passe ?...

Elle ne répondit rien et là, enfin, mon regard se posa plus précisément sur elle et je remarquai qu'elle portait une très jolie robe. Mon cœur se mit à battre plus vite tandis que mon regard quittait Coleen pour se poser derrière elle, sur la table de la salle à manger qui était magnifiquement dressée pour... Notre dîner en amoureux qu'elle avait prévu depuis plusieurs jours. Je fermai les yeux un instant avant de les rouvrir et de reporter mon regard sur elle tout en soupirant.

-Oh Coleen... Je suis désolé, j'ai...

-Oublié ?

Elle m'avait coupé la parole. Oui, j'avais oublié, j'avais eu autre chose en tête qu'un dîner en tête à tête...

-Je suis désolé.

-Tu l'as déjà dis.

Sa voix était de plus en plus froide.

-Où étais-tu ?

-Nulle part.

Ce fut instinctif, direct et vif. Je ne savais pas ce qui la rendait de mauvaise humeure mais elle allait l'être encore plus si je lui disais que j'avais passé le début de la soirée avec Norah. Elle haussa les sourcils, sachant parfaitement que j'étais en train de mentir. Nulle part ? Non, je n'étais jamais nulle part. J'étais soit au travail, soit à la maison, soit avec Norah mais jamais nulle part et elle le savait très bien. Je soupirai à nouveau.

-J'étais chez Norah.

-Ah... Bien sûr...

Et là, la colère monta en moi. Je fis un pas en avant en la pointant du doigt.

-Voilà pourquoi je ne voulais pas te le dire ! Tu vois comment tu réagis ?!

-Parce qu'en plus, ça va être de ma faute maintenant ? C'est de ma faute si tu fais toujours passer ta sœur avant moi ? Avant nous ?!

Une gifle m'aurait fait exactement le même effet. Il me fallut quelques instants pour reprendre contenance et lui répondre.

-Tu ne peux pas dire ça... Ce n'est pas vrai Coleen.

-Mais non, ce n'est pas vrai ! J'invente ! Je fabule ! Pourtant c'était bien avec elle que tu étais alors que tu aurais dû te trouver ici avec moi Caem ! Nous n'avons pas beaucoup de moments bien à nous et ce soir c'était un de ces moments, et tu l'as gâché... Tu l'as gâché pour être avec ta sœur alors que tu aurais pu y aller demain mais non!

Elle s'était levée et elle était à présent au bord des larmes et moi, j'étais incapable de bouger et de dire quoi que ce soit de plus sur le moment tant j'étais... Abasourdi, oui. Je n'en revenais qu'elle me jette autant de choses à la figure, en particulier vis à vis de Norah. Je savais qu'elle avait toujours eu du mal avec notre relation fusionnelle mais là, c'était carrément une crise de jalousie comme si... Comme si j'avais été infidèle et que j'avais passé la soirée avec ma maîtresse. Oui, ça ressemblait horriblement à ça et ça n'avait absolument aucun sens. Norah était ma sœur alors oui, elle était une priorité pour moi mais... Bon, d'accord j'avais oublié le dîner mais ce que Norah traversait était plus important qu'un dîner qu'on aurait pu faire un autre soir et je ne comprenais pas pourquoi Coleen en faisait une véritable affaire d'état. Voilà pourquoi je restais silencieux : Que pouvais-je répondre ? Je ne comprenais rien à son comportement. Il n'était, à mon sens, pas du tout justifié. Mais pour elle, c'était au contraire parfaitement justifié et elle était loin d'avoir terminé : J'allais vite m'en rendre compte.

-Et je peux savoir ce qui était si important pour que tu oublies notre dîner et pour que tu rentres si tard ?

Je clignais des yeux. Ah, maintenant qu'elle avait crié elle voulait savoir ? Elle aurait peut-être pu commencer par là...

-J'y suis allé pour lui parler de Léo.

Coleen fronça les sourcils et je me sentis mal à l'aise. En fait, je n'aimais pas lui mentir. Mentir à Norah pour la protéger c'était une chose mais mentir à Coleen c'était... Mal. Et pourtant...

-J'ai fait des recherches sur lui, ça fait un moment que j'ai commencé et j'ai découvert des choses vraiment très louches et il fallait que je le dise à Norah.

Coleen me fixait d'un étrange regard, comme si elle me passait au rayon X et c'était très désagréable. En cet instant, je décidai de lui mentir un peu plus et de ne pas lui parler de l'ultimatum posé à Norah. Une petite voix dans ma tête me disait que c'était la chose à ne pas dire à Coleen, allez savoir pourquoi. Seulement, ça ne me préserva pas de ce qui suivit. Non.

-Comme par hasard...

A nouveau, la boule de rage qui me tordait souvent les entrailles refit son apparition.

-Comment ça ?

-Tu as très bien compris Caem... Léo est louche ? Bah voyons... Comme ça, d'un coup ? Tu as fais des recherches et tu as découvert qu'il était louche ?

-Oui. Exactement.

C'était un mensonge mais pourtant, j'y aurais presque cru tant mon ton était catégorique. Coleen laissa alors échapper un étrange rire sans joie, froid.

-De toute façon, aucun homme ne peut trouver grâce à tes yeux quand il s'agit de Norah, aucun à part toi en fait !

Nouvelle gifle. Quand ma voix s'éleva, elle ne fut qu'un murmure tremblant.

-Qu'est-ce que tu dis ?...

Je voyais à présent les yeux de Coleen se remplir de larmes.

-Je dis qu'aucun homme ne sera jamais assez bien pour Norah. Aucun homme en dehors de toi...

Nous restâmes quelques instants à nous regarder puis, lorsque je compris réellement ce dont elle parlait, je me mis à rire tant je trouvais ça stupide et idiot. Ce n'était cependant pas la chose à faire car Coleen s'emporta.

-Ne ris pas ! Il n'y a vraiment rien de drôle là dedans Caem !

Je cessai de rire mais ne put m'empêcher de garder un sourire accroché à mes lèvres.

-Pardon mais, tu te rends compte de ce que tu dis ? Je comprends que tu sois fâchée et que tu m'en veuilles mais là... Enfin, c'est complètement idiot Coleen. On parle de Norah... C'est ma sœur.

D'un geste vif elle essuya ses larmes mais ne put empêcher de nouvelles de couler sur ses joues. Mon sourire s'effaça progressivement. Quelque chose clochait véritablement : Elle était sérieuse dans ses propos. Elle était... Sérieuse.

-C'est ta sœur, mais tu l'aimes bien plus que comme un frère doit aimer sa sœur. Votre relation est fusionnelle, elle l'a toujours été et...

Je lui coupai la parole, plus sérieux que jamais.

-Oui, notre relation est fusionnelle mais je te le répète : Norah est ma sœur.

Je fis un pas vers elle, une étrange sensation me tordant les entrailles et là, il ne s'agissait pas de haine. J'étais cependant incapable de savoir de quoi il s'agissait. Un certain mal être, sans aucun doute.

-Tu es en train d'insinuer quoi là exactement ?

Elle marqua un silence avant de me répondre.

-Quand tu as surpris Léo en train de l'embrasser à l'hôpital la première fois, tu as foncé sur lui et tu l'as frappé. Si Neve ne t'avais pas raisonné...

-JE CROYAIS QU'IL ABUSAIT D'ELLE ! JE VOULAIS JUSTE LA PROTEGER.

Finalement, la colère avait repris le dessus. Elle avait repris le dessus parce que j'étais véritablement choqué de ce que ma femme était en train de me dire. Et il y avait de quoi franchement... Je n'étais cependant pas le seul à être capable de crier. Et...

-MAIS OUVRE LES YEUX CAEM !

J'en sursautai. Jamais elle n'avait hurlé de cette façon. Jamais.

-Ce jour-là, tu n'as pas réagi comme un frère qui voudrait protéger sa sœur mais comme un mari jaloux ! Oui, parfaitement !

Rajouta-t-elle en me voyant sur le point de protester.

-Je sais que j'ai toujours eu du mal avec cette relation. Elle m'a toujours gêné mais aujourd'hui, je comprends pourquoi elle me gênait tant que ça. C'est parce que je savais... Au fond, je le savais...

-Tu savais... Quoi ?...

Ma voix tremblait de plus en plus.

-Que tu l'aimais... Et j'ai essayé... J'ai essayé de supporter, d'accepter mais je ne peux plus...

Je fis un pas vers elle mais elle se recula. Je sentis les larmes me monter aux yeux et fus incapable de les retenir. Je voyais où elle voulait en venir mais c'était impossible. Impossible. Elle se trompait. Elle se trompait sur toute la ligne et elle ne pouvait pas... Non, je n'allais pas la laisser faire.

-Coleen... Tu te trompes.

A nouveau, cet horrible sourire sans joie se dessina sur ses lèvres. Elle hocha négativement la tête.

-Non... J'ai raison... Et au fond, toi aussi tu le sais très bien...

-Tu parles d'inceste Coleen... Tu t'en rends compte ? Comment peux-tu imaginer une chose pareille ?

-Ca arrive... C'est immoral et mal, mais ça arrive... Ca t'arrive à toi Caem...

-NON ! TAIS-TOI !

Je donnai soudain un violent coup de point dans le mur, à m'en briser les phalanges. D'ailleurs, je sentis quelque chose craquer mais n'y prêtai pas attention. Et malgré ma rage, à travers mes larmes, je vis que Coleen ne sursauta même pas face à cet excès soudain de violence. Elle avait toujours ce même sourire triste accroché à ses lèvres.

-Tu vois ? Là, ta réaction... Ca prouve que j'ai raison... Et si tu savais à quel point je voudrais avoir tort... Mais cette violence en toi, c'est juste le reflet de la passion que tu éprouves pour elle... Tu tuerais pour elle, mais pas pour moi... C'est comme ça... Je ne le comprends pas, mais je n'ai plus d'autre choix que de l'accepter parce que je ne peux plus vivre comme ça. Et toi aussi... Tu dois l'accepter...

Mon poing s'abaissa doucement. Je refusais d'accepter cette idée folle. Mais finalement, ce que j'étais décidé à accepter ou non n'allait rien changer et ça, je l'avais enfin compris. Coleen avait pris sa décision, aussi, je ne fus pas surpris, malgré ma douleur et ma peine, quand elle dit tout simplement :

-C'est terminé.

Je me laissai aller contre le mur et m'y adossai, sentant mes jambes me lâcher. Ma vue était brouillée par mes larmes et je ne distinguais plus que la silhouette à présent floue de Coleen.

-Caem ?...

Je ne répondis rien. Qu'est-ce qu'elle voulait que je lui dise de plus ? Je lui avais affirmé et répété qu'elle avait tort. Que voulait-elle que je fasse ? Que je raye Norah de mon existence ? Ca, c'était absolument hors de question. Je n'allais me séparer de ma sœur juste parce que Coleen avait peur et s'était mise cette stupide idée en tête... Non, ça, je ne le ferais pas. Elle ne me demanda cependant rien. Cela dit, les mots qui suivirent ne me soulagèrent pas, bien au contraire.

-Caem... Ca ne veut pas dire... Pour Connor...

Je me raidis soudain. Connor... Mon fils...

-Je ne t'empêcherai pas de le voir.

-C'est pourtant ce que tu vas faire, si.

Répondis-je avec une nuance de froideur dans la voix. Parce qu'elle parlait déjà de nous comme un couple séparé. Comme un couple divorcé...

-Tu vas m'empêcher de vivre avec mon fils... Tu vas me priver de lui, de toi, pour des conneries, pour des choses complètement cinglées que tu crois être réelles...

Elle baissa la tête et n'ajouta rien. Nous restâmes ainsi un long moment, sans rien ajouter. Puis, tout doucement, sa voix s'éleva à nouveau.

-Je vais aller chercher Connor chez tes parents puisqu'ils devaient le garder ce soir. Et quand je serai revenue, je veux que tu aies pris tes affaires et que tu aies quitté la maison Caem...

Je secouai négativement la tête.

-Je t'en supplie... Ne fais pas ça Coleen... Je t'aime. Je t'aime...

Elle s'avança doucement vers moi et glissa sa main sur ma joue baignée de larmes. Ma main se referma sur la sienne et la serra.

-Je sais... Mais tu l'aimes bien plus que moi...

Je détournai le regard, incapable d'en supporter davantage. Je sentis sa main quitter ma joue et ne fis aucun geste pour l'empêcher de partir. Je l'entendis se diriger vers la porte et ne me retournai pas quand elle me demanda de laisser la clé sous le paillasson une fois parti. J'entendis la porte claquer et là, enfin, je me retournai : Elle était partie. Ma femme était partie. Ma femme avait décidé de me quitter parce qu'elle était persuadée que j'étais amoureux de ma sœur. Qui peut imaginer ce genre de choses ? Qui peut faire ça ?... Elle, apparemment.

------------

Ma main retire doucement le bouchon de la bouteille de Scotch que je suis passé acheter avant de me chercher un hôtel. J'attrape un verre posé sur la petite table qui se trouve sous la fenêtre et y verse une quantité raisonnable de pur Malt. Au moment où je porte le verre à mes lèvres, je sens mon portable vibrer dans ma poche. Ma main aux phalanges quelque peu abîmées suite au coup que j'ai donné sur le mur se saisit du portable, non sans me faire mal : C'est Norah qui m'appelle. Je regarde le prénom de ma sœur un moment sur l'écran du téléphone avant de rejeter l'appel et de poser le téléphone sur la table. Je ne peux pas lui parler. Je ne veux pas lui parler. Pas maintenant. Pas ce soir. Pas deux heures à peine après que ma femme ait décidé de me quitter parce qu'elle pense que je suis amoureux de celle qui vient d'essayer de m'appeler. Celle à qui j'ai posé un ultimatum pour qu'elle quitte son mari. Celle à qui j'ai menti pour qu'elle me choisisse moi, plutôt que lui. Celle que j'aime à en mourir alors que je refuse de m'avouer l'amour que je lui porte tandis que ma femme (future ex-femme d'ailleurs), elle, finalement, a tout compris.

Je porte le verre à mes lèvres et boit une longue gorgée de cette boisson à la fois forte et délicate. Ca fait des mois que j'ai réussi à redevenir sobre mais ce soir, je m'en fous. Je me fous de tout le chemin parcouru à deux reprises pour m'en sortir. Je me fous de replonger. Je me fous de tout.

Je veux juste oublier.

.
Behind the screen

Ton p'tit nom (ou surnom ou pseudo) : Vivi, Vinie, ou tout autre surnom loufoque qui vous ferait plaisir O_o
Comment t'as connu le forum ? Il fut un temps où j'ai longtemps erré ici.
Pourquoi ce forum et pas un autre, dis ? Parce que y'a qu'un seule et unique TF... DUH!
Et c'est quoi le code ? Ah, j'ai pas relu le règlement encore, ça va venir héhé!
Avant qu'on se quitte (ou qu'on se trouve ! \o/) tu veux rajouter un petit mot ?
Coucou à tous, me revoilà.

Si, si : C'est bien l'ancienne joueuse de Caem (et d'autres persos, c'est vrai) qui revient sur le forum. Attention, ça va chauffer Cool Bon, je ne reviens qu'avec Caem pour le moment (faut pas voir trop grand, ça m'a un peu tué la dernière fois O_o).

Donc, je vais poster dès que possible mon ancienne fiche mais en y rajoutant tout un tas de choses par rapport au contexte actuel, par rapport à Norah (♥) et tout ça, tout ça quoi.

Et euh... Heureuse d'être de retour ^^


Dernière édition par Caem Denver le Sam 3 Mar - 1:33, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marcus Volturi

avatar

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 05/12/2010
Avatar : Gaspard Ulliel
Âge : Si la rage froide avait un nom
Nationalié : Rentier
Avec : Rome


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Ven 27 Jan - 23:36

Alors rebienvenue !

HA HA...

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Ven 27 Jan - 23:38

Re-bienvenue à mon beauf (bientôt tonton quand même ! Tu as choisi le bon moment pour revenir dis donc... \o/)
Revenir en haut Aller en bas
Un fantôme

avatar

Nombre de messages : 4265
Date d'inscription : 10/05/2008
Âge : Fantôme
Nationalié : Mort
Avec : Partout


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Sam 28 Jan - 12:55

OOOOOH j'adore voir revenir les gens ! *_____________* REBIENVENUE \o/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Sam 28 Jan - 17:45

Rebienvenuuuue !
TF un jour TF toujours (a) /out/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Jeu 2 Fév - 14:09

J’espère que ton retour enverra des ondes à Papi et qu'il bougera ses fesses jusqu'ici. Ce forum a bien besoin de changements...ou de retour aux sources.
Revenir en haut Aller en bas
Caem Denver
Je préfère l'Enfer à tes côtés
plutôt que le Paradis sans toi.
avatar

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 27/01/2012
Avatar : Joseph Fiennes
Âge : Humain
Nationalié : Inspecteur
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Ven 3 Fév - 22:38

Que les bonnes ondes s'envolent jusqu'à Papi pour qu'il nous revienne : Amen. (Si seulement...)

Bon, ancienne fiche repostée et je vais me mettre à la seconde partie très vite si tout va bien ^^

(♥ Norah)

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Aprile
    Requiem for a dream

Requiem for a dream
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 05/12/2009
Âge : Hybride
Nationalié : Étudiant
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Mar 28 Fév - 15:52

Toujours d'actu ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Caem Denver
Je préfère l'Enfer à tes côtés
plutôt que le Paradis sans toi.
avatar

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 27/01/2012
Avatar : Joseph Fiennes
Âge : Humain
Nationalié : Inspecteur
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Mer 29 Fév - 10:21

Oui. Ça prends juste plus de temps que prévu car je repose mon épaule et fais donc moins d'ordi mais je vais essayer de terminer rapidement Smile

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Aprile
    Requiem for a dream

Requiem for a dream
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 05/12/2009
Âge : Hybride
Nationalié : Étudiant
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Mer 29 Fév - 12:23

Ok, prends soin de toi Smile

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Caem Denver
Je préfère l'Enfer à tes côtés
plutôt que le Paradis sans toi.
avatar

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 27/01/2012
Avatar : Joseph Fiennes
Âge : Humain
Nationalié : Inspecteur
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Sam 3 Mar - 1:39

Et voilà. J'ai terminé de rédiger la deuxième partie de la fiche et elle est donc terminée =)

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Aprile
    Requiem for a dream

Requiem for a dream
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 05/12/2009
Âge : Hybride
Nationalié : Étudiant
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Sam 3 Mar - 1:46

Coleen T_T
Bon, je te connais, alors pas besoin de s'étendre dans des longs discours. Pour moi c'est ok, j'attends juste la confirmation de Norah et je te valide dans la foulée Smile

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Caem Denver
Je préfère l'Enfer à tes côtés
plutôt que le Paradis sans toi.
avatar

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 27/01/2012
Avatar : Joseph Fiennes
Âge : Humain
Nationalié : Inspecteur
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Sam 3 Mar - 1:51

Oui, j'avoue pour Coleen... Mea Culpa ^^"

En tout cas merci. J'attends donc pour la suite (et je vais dormir O_o) Smile

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Sam 3 Mar - 1:58

Caem Denver a écrit:
Oui, j'avoue pour Coleen... Mea Culpa ^^"

En tout cas merci. J'attends donc pour la suite (et je vais dormir O_o) Smile

Tu le sais déjà que j'adore! Et rien à foutre pour Coleen *sourire angélique*
Revenir en haut Aller en bas
Giuliana Massena

avatar

Nombre de messages : 220
Date d'inscription : 18/10/2010
Âge : Hybride folle raide dingue d'un trop joli pédiatre
Nationalié : Infirmière
Avec : Dans les gondoles a Venise


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Sam 3 Mar - 2:00

Norah et sa franchise coutumière, je suis totalement fan ! \o/

Relele dernière option \o/

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Sam 3 Mar - 2:01

Il faut bien des gens francs dans la vie Smile
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Aprile
    Requiem for a dream

Requiem for a dream
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 05/12/2009
Âge : Hybride
Nationalié : Étudiant
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Sam 3 Mar - 2:03

Je prends ça pour un oui.

Alors re Bienvenue sur le forum et je t'annonce officiellement que tu es validé Smile

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Un fantôme

avatar

Nombre de messages : 4265
Date d'inscription : 10/05/2008
Âge : Fantôme
Nationalié : Mort
Avec : Partout


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Sam 3 Mar - 2:14

Wouhouuu \o/ *balance des confettis pour le retour*
Revenir en haut Aller en bas
Caem Denver
Je préfère l'Enfer à tes côtés
plutôt que le Paradis sans toi.
avatar

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 27/01/2012
Avatar : Joseph Fiennes
Âge : Humain
Nationalié : Inspecteur
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   Sam 3 Mar - 12:04

Merci à vo... *avale des confettis et s'étouffe à moitié*

Hum... Je voulais dire, merci à vous Very Happy

*Se retourne vers Norah* Norah... Mon amooooooooooo.... Euh.. Ma soooooooooeeeeeeeee.... Euh... Oh et puis merde... T'aurais pas une enveloppe? What a Face

Je fais mes fiches de liens et topics et tout dans la journée en tout cas =)


_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Caem Denver [100%]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Caem Denver [100%]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reach For The Sky ~ Caem
» Scarred and Scared ~ Caem
» We're up all night to get lucky ? Caem
» Denver Nuggets

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Fascination :: Fiches validées :: Humains-
Sauter vers: