jQuery().ready(function(){ var banner = new Array(); banner[0]='http://image.noelshack.com/fichiers/2016/03/1453226391-header-hiver-6-2.png'; banner[1]='http://image.noelshack.com/fichiers/2016/03/1453226394-header-hiver-6.png'; banner[2]='http://image.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lucas Randour Next Gen [Finish]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucas Randour
- I'm A King Without Crown -
- I'm A King Without Crown -
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 21/08/2009
Âge : Vampire "en couple"
Nationalié : Aucun
Avec : Rome


MessageSujet: Lucas Randour Next Gen [Finish]   Dim 13 Fév - 21:35

Lucas.Randour

Ce qu'il y a de terrible dans le fait de vieillir, ce n'est pas d'être vieux mais de rester jeune — Oscar Wilde
Identity card


Photography ;

Ma petite personne ;

NOM : Randour.
PRÉNOM : Lucas.
AUTRE(S) PRÉNOM(S) : Aucun.

AGE : 24 ans.
NÉ(E) LE : 21/10 A : Florence.
HABITE : Rome.
CLASSE SOCIALE : Modeste.
EMPLOI : Puis-je encore en avoir un ?

GROUPE : Vampire.
DON : Contrôle des sens — Avec une prédominance pour l'ouïe.
CÉLÉBRITÉ CHOISIE : Pete Wentz.
Ma petite tête ;



.
A whole story

Je ne savais pas quelles jours nous étions lorsque je repris connaissance. J'avais juste cette douleur comme dernier souvenir. Une douleur incandescente qui me brulait chaque molécules, chaque atomes de mon misérable corps. J'avais mal. Je brulais, encore et toujours. Mon corps ne semblait vouloir cesser de se consumer. Que c'était-il passé durant les heures, ou les jours qui constituèrent mon passé perdu. Je ne pouvais le dire. J'étais perdu. Perdu dans la douleur. Je n'arrivais plus à comprendre ce qui m'arrivait. J'avais le crâne en feu. Les sens en exergues, la peur au ventre. Que m'était-il arrivé ? Pourquoi tant de souffrance, comment mon corps pouvait-il produire autant de douleur ?

Je n'aurais pu fermer les paupières sans qu'une vague d'acide destructrice secoue mon être. J'avais peine à croire que j'étais cet être. J'avais peine à croire que ce corps était mien. Pourtant ces articulations irradiés répondaient à mes demandes. Cette gorge asséché se contractait sous mes appels. Que m'était-il arrivé en cette nuit ?

Et bien que la douleur entrave mes pensées, je me sentais différent. Effrayamment différent. Mes sens semblèrent s'être éveillé comme jamais. Amplifiant mon ouïe, l'élevant à son paroxysme. Ma vue, je n'aurais pu le dire. La pièce sombre où je me trouvais ne me permetterr de distinguer correctement les lieux. Bien qu'ils soient faiblement éclairés. Et mon odorat ? Je pouvais sentir la moindre odeur, le moindre parfum, la moindre effluve. Que m'était-il arrivé ?

Cette question sembla se répéter des heures durant. Frappant dans mon esprit comme les douze coups de minuits. La douleur finit alors par s'effacer peu-à-peu. Libérant alors mon corps de ses tortures. Fermant les yeux je me laissais basculer sur le sol. Attendant que le froid glacial du granite met définitivement fin à cette chaleur irradiante. Le soulagement laissa place à la terreur. Entre le sol et mon corps aucune différence. Mais pire encore, je n'entendis mon coeur battre. De même pour l'oxygène ... Mes poumons l'acceptaient, mais n'en avais point l'utilité. Étais-je mort ? Non j'étais conscient. Qu'étais-je donc devenu ?

Je ne méritais pas de vivre une telle chose. J'en avais déjà trop vécu. Je n'avais que trop souvent essuyait de bataille. J'avais vu beaucoup trop de choses dans le monde. J'étais né en Italie. À Florence pour être exacte. J'y avais vécu quelques années avant de rentrer en France. Après réflexion, j'aurais aimé y rester. C'était bien en Italie que ma passion fut la plus cultivée. Le piano à 5 ans, l'amour de la musique au même âge. Mais pour mes parents la musique n'avait rien de concret. C'est ainsi qu'ils brisèrent mon rêve le plus cher. Brisant ma passion en l'utilisant comme gage d'obéissance.

Neuf ans plus tard, je trouvai mon salut dans la guitare. M'éveillant de nouveau à la musique. Passion qui me coûta très cher. En effet, je fus dès lors le paria de la famille. Le vilain petit canard. Avec le recul ... je comprends aujourd'hui que jamais je ne deviendrais ce majestueux cygne. Je ne serais qu'un vulgaire volatil aux ailes brisés. Pourtant j'y croyais encore à l'époque. J'avais réussi à percer. Bien que je ne fus âgé de seize ans, j'avais un nom. Profitant alors de ma petite renommée pour jouer aux quatre coins du monde. Et puis le bac. Un bac S obtenue avec une mention et un 19,4 de moyenne. C'était donc un malheureux diplôme qui redora mon image. Mes parents m'adressèrent de nouveau la parole, m'incitant alors à faire médecine.

J'allais donc finir comme eux. Sans avenir, sans envie. J'avais beau être né avec une cuillère en argent dans la bouche. J'attendais plus qu'une simple vie. Je voulais vivre à fond. Quitte à mourir jeune, je voulais n'avoir aucun regret, sauf celui de n'avoir pu recommencer. Alors, je finis par prendre mon envol. Passant en candidat libre une licence en histoire de l'art et de la musique. Licence que j'obtenus sans grande difficulté. Mais ce fut la rébellion de trop. Je n'étais officiellement plus un Randour.

J'aurais pu vous dire que le reste appartenait à l'histoire. Mais non. Le reste était ma vie en perdition. C'était ma mort. À vouloir toucher les étoiles, je me brulais les ailes. Échouant malheureusement à Austin. Ville de mes grands malheurs. J'y arrivais plein d'espoir. Croyant que je ne pouvais tomber plus bas. Et naïvement, je m'investis dans une nouvelle vie. J'étais encore jeune et fringuant à l'époque. Un look négligé, bien qu'étudier. Ma crinière noire couvrant partiellement ma nuque. Mes yeux marrons, une barbe de trois jours. Les yeux maquillés. Un look un peu rebelle en somme. Oui je ne faisais pas peur à l'époque. J'avais une carrure.

Et puis je la rencontra. C'était le premier soir. Elle travaillait dans un café, elle était magnifique. D'une beauté fatale qui me séduit dans l'instant. J'étais accro à cette belle demoiselle. Elle qui semblait avoir un passé aussi lourd que le mien. Elle qui semblait avoir souffert. Je ne pourrais vous dire si ce fut sa beauté ou son regard qui m'envoûtai, mais j'en tombai amoureux. Je l'aimais comme un fou. Elle était si ... si humaine. Son prénom était Norah. Norah Denver. Ce coeur fragile qui m'envoutait. Mais elle était pire qu'une drogue. Et lorsqu'elle me tourna le dos ... Je fus détruit, anéantis. Je l'avais perdu. J'étais brisé.

Une première descente aux enfers. Pourtant mon enfer me conduit à elle. Une autre femme. Une que je dus apprendre à aimer. Mais elle ne réussit pas à combler le trou béant que Norah m'avait laissé. Alors, pour combler le manque, je cédai définitivement à la drogue. Cette merde me détruit pour de bon. En plus de perdre la seconde femme de ma vie, c'est-à-dire Amy. Je perdis la raison. Sombrant dans la violence, dans la démence. Poussant mon corps à ses limites. Jusqu'à l'overdose. La mort me frôla, et c'est cette peur de la mort qui me ramena en Italie. Chez mon parrain pour être exacte. Seul vrais famille qu'il me reste à présent.

Pourtant, Rome ne fut pas gage de salut. J'avais toujours mal. Je souffrais. Mon âme n'arrivait pas à guérir et lamentablement, je me renfermai sur moi-même. Ne sortant plus, n'espérant plus. N'étant que l'ombre d'une aristocratie refoulé et le reflet d'une décadence malsaine. Je n'étais plus rien. Je n'ai jamais eu d'avenir, j'avais pensé, il fut un temps, en avoir un. Et puis je me heurtai à la réalité des choses. Je ne serais pas un de ces meneurs. Non, je ne serais qu'un simple employé incapable de choisir.

Les mois passèrent et ma situation ne s'améliora point. Je compris malgré moi qu'Amy était ma seule chance. Mais Amy était sur un autre continent. Du moins je le pensais. En réalité nous étions dans la même ville. Et nos retrouvailles furent mouvementé. La louve avait manqué de me tuer par fureur... Pourquoi suis-je amère à cette pensée ? Bref. Je venais de la retrouver. Et c'est grâce à elle que je reconstruis ma malheureuse vie.

Quelques jours magnifiques où je me repris réellement en mains. Mais comme je l'ai dit ... Je ne suis pas fait pour être heureux. Le destin n'accepte pas mon bonheur...

Où-étais-je ? Je n'en savais rien. Me redressant doucement, je surpri mon corps à réagir bien plus vite. Me retrouvant rapidement dos au mur. Les mains enfoncés dans la pierre, un grognement menaçant troublant le silence. Je n'étais pas seul ? Non, je me trompais, j'étais bien seul. J'étais paniqué, seul et étrangement différent. J'avais peur. Peur d'une puissance grandissante, peur de mes pensées macabres, peur de bouger. Il n'y avait rien de compréhensible. Rien de logique. J'étais perdu dans un dédale de souvenir, d'émotions et d'envie. Voulais-je vraiment tuer ?

Il fallait que je sorte et vite. Mes sens mes guidèrent vers la sortie, non loin d'ici. Un chemin parsemé d'odeurs alléchante. Et puis l'extérieur. Il faisait nuit. Étrangement cette nouvelle me rassura et puis je commençais à marcher. Devant faire face à de nouveau sentiment. Devant faire face à ce que j'étais. Pensant un instant à une gueule de bois, je changeai rapidement d'idée lorsque je croisai mon reflet dans une vitrine. Non, ce n'était pas moi. Je ne pouvais pas être ça !

Portant une main à mon visage, je découvrais avec stupeur que ce reflet divin était celui de mon visage. J'étais si ... parfait ? Plus aucune trace de mon passé. Plus de visage creusé, plus de cerne, plus de fatigue. J'avais un visage net et lisse. Le teint pâle, certes, mais des traits parfaits. Et mes yeux ? Depuis quand mes yeux étaient-ils bordeaux ? Ou était mes iris noisettes ? Ou était mon regard affaibli. Je semblais davantage assoiffé qu'autre chose. J'étais ... un monstre. Et puis je découvrais le reste de mon corps, non le reste de ce qui n'était pas moi. Mon t-shirt vert avant était noyé par le sang, comme-ci ma carotide avait été tranché. Retirant alors l'habit ensanglanté, je découvrais un torse finement musclé. À l'instar des statuts grecs, mon corps c'était perfectionné. J'avais une carrure parfaite, je semblais unique, majestueux, divin. Je ressemblais davantage à un mannequin qu'à un drogué. J'avais changé.

— Les exhibitions ne sont pas autorisés en ville ! Je vous prierais de vous revêtir et de me suivre au poste !

— Je ...

Mon regard se posa alors sur l'homme. Non pas sur lui, mais sur sa gorge. La mienne me brûla violemment, m'ordonnant avec fureur de l'attaquer. Pourquoi vouloir le tuer ? Mon esprit me quitta, je n'avais plus qu'une chose en tête ... l'attaquer. Le tuer, le vider de son sang avec fureur... Mes membres tremblaient. Mon corps était secoué de spasmes nerveux. Et sans que je puisse m'en rendre compte, je me retrouvai face à lui. Le regard fou. Une envie violente d'en finir. Mes lèvres s'approchèrent de sa nuque tendue par la peur. Je n'entendais plus sa voix. La seule chose qui me bercait été le son régulier d'un coeur qui bat. Et puis le soulagement. Ma gorge cessa de bruler, laissant place à une euphorie malsaine. Même les hurlements de l'homme ne suffirent pas à mettre fin à mon plaisir. J'adorais ça.

Brutalement je me mis à grogner. Je sentais que quelqu'un s'approchait. Alors je brisais instinctivement la nuque de ma proie. Proie à qui j'arrachai les dernière gouttes de sang. Je l'avais tué. Et j'en pris conscience peu de temps après mon crime. J'avais bu son sang ... J'avais aimé le tuer. J'avais pris du plaisir à lui ôter la vie ! Quel monstre étais-je devenu ?!

Complètement paniqué, je quittai les lieux. Mon torse plein d'un sang qui n'était le mien. Un t-shirt dans les mains. Je courus le plus rapidement que je pus. Je n'avais pas souvenir d'être aussi rapide... Me stoppant net en plein élan. Je me remémorai avec horreur ce qui m'avait conduit à faire cela. L'on m'avait attaqué ...

J'ai hurlé durant des heures, mon corps avait pris feu lorsque ses dents entamèrent ma nuque. Et puis, je ne sais plus pourquoi, il me laissa. Lui, le blond au regard lavande. Le gamin beau comme un dieu. J'ai souvenir d'avoir rampé jusqu'à une cave. Cave où je m'essoufflais de douleur. Mon coeur avait eu temps de ratés, il ressuscitait pour mieux mourir.

Et puis plus rien. J'avais plongé dans les abîmes de l'inconscience. Je n'ai aucun autres souvenir. J'ai oublié, ou je refuse de comprendre. Perdu dans mes pensées, je me rendis compte avec surprise que mes jambes n'avait guidés chez moi.

Je devais rêver. J'allais me réveiller. J'avais du perdre connaissance. J'allais me réveiller... C'était un rêve, j'allais ouvrir les yeux... J'allais revenir, c'était un cauchemars, j'allais m'éveiller.


Cela fait une heure que je suis ici. Je me suis réfugié dans un coin. Derrière une armoire. J'ai saccagé la moitié de l'appartement et ce sous la colère... Je me régénère, je tue, je me suis nourri de sang, mon corps a changé, j'ai des crocs, les yeux rouges ... J'en conclus que si Amy est une louve ... Il doit exister un ennemi naturel. Et si je suis mon idée, je suis l'ennemie. Mais quoi ? J'ai peur, j'ai besoin d'aide... Je ne comprends pas ce qui m'arrive ... Aidez-moi

.
Behind the screen

Ton p'tit nom (ou surnom ou pseudo) : Lucas ?
Comment t'as connu le forum ? Euh ... Une recherche Google à l'époque.
Pourquoi ce forum et pas un autre, dis ? J'ai accroché au Design et Twilight ne m'énervait pas encore à l'époque. Et au final j'ai bien fait, car il n'y a que des gens bien. Une ambiance du tonnerre et même si je passe pour un drogué, j'aime bien Very Happy
Et c'est quoi le code ? Je couche avec Simon, vous croyez franchement que je ne connais pas déjà le code par coeur ?
Avant qu'on se quitte (ou qu'on se trouve ! \o/) tu veux rajouter un petit mot ?J'aime et je viole Simon. J'aime Norah et je la caline. J'aime Callie et je la supporte. J'aime Illy et je l'encourage. J'aime Leo et DTC. J'aime Marcus et je respecte. J'aime Hermes et je le frappe. J'aime Elie et je l'embrasse. J'aime Amy et je l'épouse. J'aime euh ... Les autres car j'ai pas que ca à faire de dédicacer ma pres'

_________________

Ce qu'il y a de terrible dans le fait de vieillir, ce n'est pas d'être vieux mais de rester jeune
Spoiler:
 


Dernière édition par Lucas Randour le Mar 15 Fév - 20:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lucas Randour Next Gen [Finish]   Dim 13 Fév - 22:09

... Je suis cataloguée championne des blagues alakon, merci mon chou o/ Je t'aime aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Lucas Randour
- I'm A King Without Crown -
- I'm A King Without Crown -
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 21/08/2009
Âge : Vampire "en couple"
Nationalié : Aucun
Avec : Rome


MessageSujet: Re: Lucas Randour Next Gen [Finish]   Mar 15 Fév - 20:17

Fini les amis Very Happy

_________________

Ce qu'il y a de terrible dans le fait de vieillir, ce n'est pas d'être vieux mais de rester jeune
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Un fantôme

avatar

Nombre de messages : 4265
Date d'inscription : 10/05/2008
Âge : Fantôme
Nationalié : Mort
Avec : Partout


MessageSujet: Re: Lucas Randour Next Gen [Finish]   Mer 16 Fév - 14:44

J'adore la fin ! *o* Validay évidemment !
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Aprile
    Requiem for a dream

Requiem for a dream
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 05/12/2009
Âge : Hybride
Nationalié : Étudiant
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Lucas Randour Next Gen [Finish]   Mer 16 Fév - 14:52

YATTA Very Happy

I'm Vampire

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Un fantôme

avatar

Nombre de messages : 4265
Date d'inscription : 10/05/2008
Âge : Fantôme
Nationalié : Mort
Avec : Partout


MessageSujet: Re: Lucas Randour Next Gen [Finish]   Mer 16 Fév - 15:13

Attends que j'te bouffe :héhé:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lucas Randour Next Gen [Finish]   Mer 16 Fév - 15:14

Pauvre Lucas et pauvre Amy, vous êtes sadiques xD
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Aprile
    Requiem for a dream

Requiem for a dream
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 05/12/2009
Âge : Hybride
Nationalié : Étudiant
Avec : Venise


MessageSujet: Re: Lucas Randour Next Gen [Finish]   Mer 16 Fév - 15:18

Mais j'attends ma chère, j'attends !

Et oui, le sadisme est une maladie contagieuse XD

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lucas Randour Next Gen [Finish]   Jeu 17 Fév - 1:31

Han j'avais pas remarqué que la re-fiche était pour faire de Lucas un vampire xDD
Maiseuh, comme si un frère vampire n'était pas assez pour Amy !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lucas Randour Next Gen [Finish]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lucas Randour Next Gen [Finish]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lucas di ke Aristide ekri sou fo nom lan entenet la ,
» STANLEY LUCAS CONTRE-ATTAQUE
» LUCAS a menti au sujet de fevry.
» Stanley Lucas enrage contre ses allies.
» Stanley Lucas, l'homme des occupants.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Fascination :: Fiches validées :: Vampires-
Sauter vers: