jQuery().ready(function(){ var banner = new Array(); banner[0]='http://image.noelshack.com/fichiers/2016/03/1453226391-header-hiver-6-2.png'; banner[1]='http://image.noelshack.com/fichiers/2016/03/1453226394-header-hiver-6.png'; banner[2]='http://image.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Corin. B. Volturi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Corin Dunegan

avatar

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 20/06/2009
Avatar : Ed Westwick
Âge : Vampire, envouté par une louve
Nationalié : Espion
Avec : Rome


MessageSujet: Corin. B. Volturi    Mar 27 Juil - 19:37

Prénom.Nom
Personnage inventé [ ] Poste vacant [ x ]

..
Identity card


Photography ;

Ma petite personne ;

    NOM : Volturi d'adoption
    PRÉNOM : Corin
    AUTRE(S) PRÉNOM(S) : Basile

    AGE : 22 ans depuis 228 ans
    NÉ(E) LE : 06/08/1760 A : Perth, en Ecosse
    HABITE : Rome, avec le nouveau régime
    CLASSE SOCIALE : Relativement aisée
    EMPLOI : Fouineur professionnel

    GROUPE : Vampire
    DON : Camouflage/invisibilité. Si je souhaite disparaitre, je disparais. Ni vu, ni connu, je me fonds dans le paysage et l'on m'oublie. Pratique, n'est-ce pas?
    CÉLÉBRITÉ CHOISIE : Ed Westwick.
Ma petite tête ;



..
Character

Ceux qui ne m'aiment pas diront de moi que je suis un fouineur, toujours à fourrer mon nez là où ça ne me regarde pas pour ils ne savent quelle raison obscure, hormis amasser des informations les concernant et les rapporter à mes supérieurs. Autrefois, Aro, aujourd'hui Santiago. Parfois, je garde cela pour moi, savoir les secrets des autres permet de faire pression sur eux et d'obtenir des petites faveurs en échange de mon silence. Oui, je sais, c'est moche le chantage, mais je suis un vampire et j'étais déjà un petit salaud en étant humain, ce qui ne s'est pas arrangée ensuite. Il faut toutefois mettre un bémol à tout cela : enfant, j'étais surtout curieux et je voulais tout savoir. Cela s'est mué en "espionnage" et je n'y ai trouvé un intérêt qu'adolescent. Curieux, je le suis toujours, d'ailleurs, ce qui me perdra sans doute un jour...
Je ne suis pas un combattant, loin de là, je préfère agir dans l'ombre, hypocritement, avec des faux airs de ne pas y toucher. Comme un serpent, je me faufile, je resserre mon étreinte sur ma proie et l'étouffe sous le poids de ses secrets les plus honteux.
On peut dire que je suis un excellent espion. Confiez-moi une mission et je la remplis. Je peux aussi choisir de glaner mes propres informations et de les rapporter dans un excès de zèle. Aro n'a jamais eu à se plaindre de moi, loin de là. Santiago n'aura pas d'avantage de soucis. Et lui, il accepte mon indépendance et mon besoin de faire cavalier seul. Je n'ai jamais refusé ouvertement un ordre, mais il m'est arrivé de faire comprendre que cela n'était pas pour moi. Je suis ainsi, une forte tête, qui a besoin de prendre ses distances parfois. Aro a compris que cela était loin de lui nuire. il m'est arrivé de suivre mes propres pistes et de lui ramener des informations en or. Je suis doué d'un bon instinct pour flairer la dissimulation et la duplicité.
Après tout cela, vous vous demanderez si j'ai des qualité... La curiosité en est une selon moi. L'indépendance aussi. Je suis aussi quelqu'un d'entier. Pas réellement franc puisque je dissimule bien des choses, mais j'ai mes opinions, mes buts et je m'y tiens. Pareil en amitié. Santiago est un ami et je lui suis fidèle, il sait que je ne le trahirais pas. Il n'en a pas toujours été ainsi, mais je me suis assagi avec le temps. En revanche, quand je n'aime pas quelqu'un, il le sait... Vlad par exemple, sait que je ne le supporte pas, mais comme c'est réciproque... Je suis également calme et réfléchi, obligé dans ma "profession", non? L'impulsivité ne fait pas partie de mon vocabulaire et j'ai besoin de tout analyser avant de prendre une décision. Je suis également de bonne compagnie et doué d'un solide sens de l'humour. Et je ne suis pas dénué de cœur, non non, je suis capable de m'émouvoir, d'admirer la beauté. Étant hommenivore, je ne considère pas les humains comme des égaux et me fiche bien de ce que prônent les végétariens, mais je ne les méprise pas pour leur mode de vie. Tant qu'ils ne viennent pas prêcher auprès de moi.

Physical appearance

Pas grand chose à dire là dessus. Je suis né à une époque où les fiers Highlanders avaient été domestiqués par les anglais. Je ne suis pas un colosse velu. J'étais même chétif pour les miens à l'époque, bien que grand. Aujourd'hui, je suis dans la normale : 1m83, 75 kilos, un torse bien dessiné et agréable à regarder et toucher pour ces dames, un fessier bombé et ferme. Mes cheveux sont noirs et courts, souvent coiffés à l'aide de gel à la mode d'aujourd'hui. Mes yeux sont bruns, mon visage fin, banal, bien que l'on me trouve un charme certain.

Passions

Un peu tout et n'importe quoi je dirais. Vous l'aurez compris, glaner les petits secrets des autres, les suivre sans qu'ils se doutent que je suis là, les espionner dans leur intimité et pénétrer leur âme, c'est un truc qui m'éclate et que je fais pour le plaisir autant que pour me rendre utile. Au delà de cela, je suis fier de mes racines écossaises aujourd'hui et cherche à tout savoir sur les fiers highlanders dont je suis issu. Je regrette de ne pas être né plus tôt, du temps de la gloire des fiers guerriers. Mais il en va ainsi. J'ai été un sacré enfoiré avec les miens et je pense que cette curiosité est un moyen de faire pénitence... En partie. J'aime aussi l'art : peinture, musique, sculpture... La lecture. Je me suis également mis à internet. Et oui, un vampire moderne. Je suis caméléon, je m'adapte très bien à mon époque.

Story

Tout commence par la douleur... Une renaissance pour certains, une condamnation à un enfer sur terre pour d'autres. Mais je ne sentais que la douleur, comme si je brûlais vif, comme si tous les nerfs qui parcouraient mon corps étaient soudain à vif et qu'on s'amusait à les triturer sans répit. Douleur, souffrance, le cerveau qui est incapable de réfléchir, de se concentrer sur autre chose que la douleur. Certains, résistent bien à la torture, mais je n'étais pas de ces gens là... Combien de temps cela dura-t-il? Aucune idée, mais toujours est-il que le calvaire finit par prendre fin et que je repris conscience, totalement éreinté et affamé... Assoiffé pour être plus précis, mais je n'en avais pas encore conscience. Une odeur terriblement alléchante me brûla la gorge et je sentis ma bouche envahie par... quelque chose. Près de moi, il y avait une jeune fille rousse, enchainée, éplorée, les yeux agrandis d'épouvante. J'étais dans une sorte de cachot. Mais cela ne comptait pas, il n'y avait que cette fille et cette envie primaire de me jeter sur elle et de la mordre, de me nourrir. Peut-être lut-elle cela dans mon regard, car elle se mit à supplier :

- "Corin, c'est moi, Morag, c'est moi!!!"

Je sentais l'affolement dans sa voix. Morag... Oui, celle pour qui j'avais trahi mon allégeance, pour la sauver... Apparemment, cela n'avait pas fonctionné. Je l'aimais, je l'aimais vraiment, mais cette sensation dévorante de faim, ce fumet... J'étais incapable de résister. Je fis un pas vers elle et entendis un rire grave, sardonique.

- "Implore tant que tu veux ma jolie, il est incapable de résister."

Je tournai la tête vers l'homme, celui que j'avais rencontré peu de temps auparavant et qui semblait avoir des envies de me punir... Tout était embrouillé dans ma tête. Je gémis, déchiré entre mes sentiments et mon nouvel instinct. Je ne comprenais rien. Il n'y avait que le rire de l'homme et les pleurs désespérés de celle que j'aimais.

- "Corin, s'il te plait, je t'aime, tu ne peux pas..."

Sa voix s'étrangla alors que je me jetais sur elle. Pas de baisers doux, pas de mots tendres, juste mes dents qui déchirent sa gorge alors que son sang éclaboussait mon palais et me libérait enfin de ma torture. Je sentis sa douleur, sa peur, puis sa vie qui filait et son regard qui s'éteignit. Je me retrouvai bientôt avec son corps sans vie dans les bras et repris mes esprits, conscient de l'horreur que je venais de faire.

Je l'avais tuée.

La seule femme que j'ai jamais aimé...

Comme un monstre.

Je voulus pleurer, le cœur soudain broyé, caressant ses cheveux ensanglantés en répétant inlassablement : pardon, je suis désolé... La voix masculine résonna alors près de moi, alors qu'une main de fer s'emparait de mon menton et qu'il me forçait à le regarder dans les yeux :

- "Alors petit vampire, qu'est-ce que cela fait de perdre un être cher? D'avoir tué quelqu'un que tu aimais? C'était facile de vendre les autres n'est-ce pas?"

Il éclata de nouveau de rire et je sentis ma tristesse se muer en rage, alors que je me levais brusquement et m'emparai de son poignet. Je vis un instant de l'angoisse dans son regard. Je ne le savais pas encore mais j'étais plus fort que lui, bien qu'il soit plus âgé. Mais il était plus expérimenté et se dégagea, se mettant hors de ma portée.

- "Bonne éternité Corin."

Et il disparut, à une vitesse ahurissante.

Vampire...

Je frissonnai, ce n'étaient que des histoires... Pourtant... Je jetai un regard à Morag... j'avais envie de vomir devant l'horreur de ce que j'étais devenu. J'étais toujours enfermé, l'autre type s'étant glissé par la porte avant de la refermer sans que je le voie. Qu'est-ce que j'allais devenir? De nouveau, la rage s'empara de moi et j'approchai des barreaux, avant de les secouer violemment. Sans espoir... Et pourtant... A ma grande surprise, les barreaux cédèrent comme si cela avait été du papier. Ahuri, je tombai en arrière.

Il fallait que je me ressaisisse, que je réfléchisse. J'avais toujours été un cérébral, calculateur et plutôt futé.

Il me fallait me rappeler des derniers évènements et dans le chaos de ma tête, cela ne fut pas facile.

J'étais né 22 ans plus tôt à Perth, dans une famille modeste. Dans une époque où l'Ecosse avait perdu de sa superbe pour se plier au joug des anglais. Les révolutionnaires avaient été balayés, les chefs de clan avaient décidé de faire commerce avec l'Angleterre, devenant des propriétaires terriens et perdant leur symbole. Le kilt était interdit... Toute notre culture disparaissait, alors que nos guerriers s'enrôlaient chez les anglais. Les petites gens étaient chassées vers les lowlands. J'étais le dernier de 4 fils. Tous grands, bien bâtis, de fiers Highlanders... Et des résistants, dans l'ombre. Nous habitions une région tellement reculée, que les anglais n'étaient pas encore arrivés jusqu'à nous pour pacifier le coin, même si le seigneur avait décidé de se plier de lui-même, attiré par l'appât du gain. Nos moutons étaient prisés. J'ai grandi dans une famille rustre et qui semblait ne pas aimer le petit dernier. Je subis humiliations sur humiliations, trop petit, trop chétif, toujours en train de fouiner. Mes frères n'étaient pas des enfants de chœur et je me plaisais à les suivre et les espionner pour ensuite rapporter leurs méfaits à mon père. Parfois, il m'écoutait, parfois il me tançait vertement en disant que ce que je faisais était méprisable. mes frères, eux, me détestaient pour cela. J'avais commencé bien innocemment, n'étant jamais invité à leurs jeux, puis cela devint plus fourbe, plus calculé, alors que le fossé se creusait encore.

Jusqu'à ce qu'il devienne totalement infranchissable.

Je rejoignis alors les anglais, leur indiquant les rebelles qu'étaient ma famille... Ils furent tués, exécutés pour l'exemple. Je n'assistai pas à la mise à mort. J'étais jeune, une quinzaine d'années et je n'avais pas le courage d'assumer mes actes.

Est-ce que cela a changé depuis? Je n'en suis pas certain.

Toujours est-il que je devins un espion pour les anglais, intégrant les familles que l'on pensait récalcitrantes... J'étais très bon, personne ne se doutant jamais de ma duplicité.

Et il y a quelques temps, je fus envoyé dans une nouvelle famille. Une famille comme tant d'autres... C'était ce que je pensais, jusqu'à ce que je croise le regard vert et malicieux de la jolie Morag, alors que mon regard accrochait sa chevelure flamboyante. Il me fut difficile de les trahir cette fois... Parce que les sourires de Morag me brouillaient l'esprit... Après deux semaines, nous nous embrassâmes. Après un mois, nous couchions ensemble.

Je l'avertis alors de qui j'étais et de ce qu'ils risquaient.

Son grand regard s'assombrit et une dispute mémorable s'en suivit. Avant qu'elle ne prévienne les siens. Je fuis, encore une fois. Mais, cet homme étrange me retrouva, un sourire cruel aux lèvres.

- "Des remords, Corin? il est trop tard... Ils sont morts."

Mon cœur se serra. Pas elle...

- "J'ai prévenu les anglais. Mais elle n'est pas morte, je t'emmène près d'elle."

Sans ménagements, il m'entraina à sa suite, me jetant dans ce cachot. Elle était attachée... Pas moi. Je m'approchai et elle fondit en larmes dans mes bras.

- "Comme c'est touchant. Profite bien ma chérie... Bientôt, il te tuera."

Je le regardai sans comprendre, alors qu'il se jetait sur moi et me mordait. Que je mourrais...

Tout commence par la douleur... Une renaissance pour certains, une condamnation à un enfer sur terre pour d'autres.

Ce type, il m'avait mordu et fait de moi un vampire... En témoignait... le corps sans vie de Morag, ces barreaux...

Pourquoi? D'après ses paroles, il semblait vouloir me punir de ma traîtrise, de mes méfaits, des morts que j'avais que la conscience, sans m'être jamais sali les mains... Mais je ne connaissais pas cet homme... Je ne comprenais pas ses motivations. Et il m'avait abandonné avec une vie éternelle et des remords.

Je ne savais pas grand chose des vampires : juste qu'ils craignaient la lumière, qu'on les tuait avec des pieux, de l'eau bénite, qu'ils ne rentraient pas dans les lieux saints...

Je ne pouvais pas LA laisser là. Je la pris avec moi et l'emmenais près d'une église. Je la déposai sur le parvis... Avant de regarder les grandes portes, de prendre une inspiration, factice et de pénétrer dans l'église en espérant être foudroyé par le châtiment divin... Mais rien ne se produisit. Je fus déçu... Et je sentis de nouveau cette odeur, ressentis cette faim dévorante, alors que de nouveau le venin envahissait ma bouche.

- "Tout va bien mon fils?"

Je regardai le prêtre et il recula.

- "Non... Je suis damné, pardonnez-moi."

Et le massacre recommença... Je laissai le prêtre derrière moi, gisant dans son sang, passai devant le bénitier et trempai la main dans l'eau bénite. Rien, pas de brûlure... Ni par l'eau consacrée, ni par le lieu, ni par la croix du christ.

Il me restait le lever du soleil...

Je ne pouvais pas vivre en tuant ainsi les autres...

Je me dirigeai près d'un loch, m'assis et attendis le lever du soleil. En ressassant mes méfaits... J'avais tué par mes actes, sans jamais tuer de moi-même. Et en moins de deux heures, j'avais tué par deux fois, pour me nourrir, parce que j'étais un monstre... Le vampire avait-il voulu me faire comprendre que je l'étais déjà auparavant, mais en étant un couard? C'était réussi...

Le soleil se leva alors et je fermai les yeux, heureux de pouvoir mourir et ne pas vivre avec tout cela sur la conscience...

Mais rien ne se produisit, encore une fois. Je rouvris les yeux, observant le soleil radieux et baissai la tête pour m'apercevoir que ma peau scintillait comme des diamants. Je gémis de nouveau, avant de me lever et de hurler de rage. Non, ce n'était pas possible! Je ne pouvais donc pas mourir?

Les mois qui suivirent furent flous. J'errai en tuant violemment quand j'avais faim et j'essayais d'éviter les humains pour ne pas être tenté. Mais rien n'y faisait.

Je me mis alors à la recherche de mon créateur, non sans mal... Difficile de le chercher parmi les humains, j'étais obligé de me nourrir violemment avant pour espérer tenir un peu ensuite. Mais je retrouvai mes vieilles manières d'investigation et cela me fut utile. Je lui mis la main dessus un soir, sans qu'il ne s'y attende... Je l'empoignai violemment et le secouai comme une poignée de chiffon. Il m'apparut alors que j'étais plus fort que lui. Je perdis toute raison. Plutôt que de lui poser des questions, que d'essayer de comprendre, je me jetai sur lui et finis par le mettre en pièce, non sans être blessé moi aussi. Ainsi, on pouvait être blessé... Pas par les armes classiques, j'avais essayé, mais par les crocs des vampires oui... J'étais un nouveau né et j'étais bien plus fort que lui. Je le réduisis en miette, avec une férocité que je n'avais jamais ressenti... Et cela ne me soulagea même pas. D'instinct, j'allumai un brasier pour le faire rôtir. Et il se consuma. Le feu semblait pouvoir nous tuer... Nous faire disparaître.

Et pourtant, je ne m'y jetai pas.

J'étais vide.

Je m'étais vengé, Morag était vengée, mais j'étais vide.

Nouvelle errance, de plusieurs dizaines d'années. Il m'arrivait de croiser des vampires et je les suivais alors. C'est par hasard que je découvris mon don d'invisibilité. J'étais sur le point d'être vu quand je disparu. Au sens propre. Bizarrement, cela me redonna envie de vivre, d'accepter ma condition. Je finis par m'approcher des autres vampires, par apprendre d'eux.

Et j'entendis parler des Volturi...

Cette famille toute puissante en Italie, cette famille royale, en quelques sortes. Je décidai de les rejoindre, d'en savoir plus. D'abord discrètement... Je réussis à en suivre quelques uns à leur insu, mais je n'étais pas le seul doué de dons et je fus assez vite intercepté par des gardes, trainé devant les trois frères.

Marcus et son air ennuyé...

Caïus et son air sadique et cruel.

Aro et son air calculateur et intéressé.

Il me fit la leçon, avant de me toucher et de lire en moi. Intéressé, il l'était, demandant une petite démonstration. Caïus s'en fichait, voulant ma mort car j'étais un fouineur... Marcus ne se prononçait pas... Aro, voulait que je le serve.

J'acceptai et rejoignis la famille vampirique.

J'en eus des missions de la part d'Aro. Il dut composer avec ma forte tête, mais j'appris énormément à son contact et à celui des autres. Je n'aimai pas les jumeaux, qui me foutaient la trouille et, bizarrement, ils furent les seuls que je ne suivis jamais et ne cherchai jamais à comprendre. Leurs pouvoirs étaient trop violents et douloureux pour moi... J'avais eu le droit à une démonstration quand j'avais été arrêté, cela me suffisait...

Santiago fut celui qui attira le plus mon attention. Il était insaisissable, secret et terriblement intéressant par sa philosophie et sa culture. J'avais envie d'en savoir plus. Les trois frères ne se comportaient pas avec lui comme avec les autres. Plus conseiller que sbire. Je tentai ma chance auprès d'Aro, qui me fit comprendre que je n'avais pas à fourrer mon nez là dedans. Mauvaise réponse, cela me donnait encore davantage envie. Oui, je suis comme un gosse, faut m'interdire quelque chose, pour que je le fasse. Marcus ne me répondit pas, je ne tentai même pas auprès de Caïus que je n'aimais pas. Et les autres en savaient autant que moi, donc rien. Je décidai alors de me rapprocher de Santiago, mais j'aurais aussi bien pu parler avec un mur. Il ne m'apprenait rien de son passé, même si je devinais un âge vénérable dans ses connaissances. Je tentai aussi de le suivre grâce à mon don, mais je fis chou blanc. Énervant...

Santiago était un défi, cela me donnait un but et décuplais ma combativité et mon ingéniosité. Il me résistait... Je fis preuve de patience, devenant un interlocuteur privilégié. Au delà de ma curiosité, naquit un sentiment proche de l'amitié. De l'admiration. Je prenais plaisir à ces conversations et j'apprenais sans cesse. Une certaine confiance naquit entre nous. Je le soutenais face à Aro et réciproquement, ce qui devait énerver ce dernier d'ailleurs.

Il y eu une autre Volturi à laquelle je m'attachai... Heidi. En même temps, Heidi affolait toute la population mâle et, comme les autres, je finis dans son lit... ou ailleurs, les idées ne manquaient pas. Mais au delà du sexe (merveilleux avec elle), j'éprouvai de la sympathie pour elle et nos relations furent toujours très cordiales.

J'en appréciai d'autres, fuyais la plupart, faisant souvent cavalier seul en partant en mission, sur ordre ou de mon propre chef. j'avais peur de Caïus et des Jumeaux, je méprisai cet petit trou du cul arrogant de Dracula. Je suis encore surpris aujourd'hui qu'il ai trouvé une épouse comme Jade. Elle ne méritait pas de tomber entre les griffes de ce type. J'aime bien Jade et sa douceur. Leur mariage ne fut pas vraiment classique ni dénué de rebondissements, mais il signait le début des changements.

Heidi était partie. Sans un mot. Pour revenir mariée. J'étais heureux pour elle, même si nos galipettes étaient définitivement terminées. Mais restai le fait que nous nous appréciions. Et son Antoine était un chic type, fait pour elle.
Puis, Santiago partit à son tour, en Indonésie. Avant de me contacter pour organiser une rébellion.

Finalement, j'ai tort... Les changements ont débuté avec les Cullen... Passionnante cette histoire! Dommage qu'Aro ne m'ait pas envoyé enquêté pour découvrir ce qu'étais leur petite fille, au lieu de se fier à la Denali. Mais sans doute ne voulait-il pas savoir avant pour mettre la main sur cette famille aux membres si prometteurs. Finalement, nous repartîmes bredouilles...

Et les évènements se sont emballés. Bella nous a rejoint, avant de repartir lors de la révolution. Ah oui, Santiago en avait assez, avait retrouvé sa bien aimée et avait décidé de mener un putsh. J'aimais bien Aro, mais sa façon de gouverner ne me plaignait pas et Santiago était un ami. Je le suivis, comme bien d 'autres... Sauf les jumeaux infernaux bien sûr.

Caïus fut tué.

Marcus nous rejoignit.

Et Aro s'exila avec ses fidèles. Il doit les réunir pour récupérer le pouvoir à l'heure qu'il est. Mais nous avons de solides alliés... Bien que certains ne m'inspirent pas confiance. Les deux toqués roumains notamment. Déjà que je n'aimais pas Vlad, mais avec les deux autres, c'est le pompom! Ceux là, ils veulent retrouver leur statut de dieu vivant et je les garde à l'œil. Parce que les idéaux de Santiago sont les miens. J'ai découvert l'existence de Laa et une partie de leur histoire. Finalement, je ne suis qu'un romantique, je suis heureux pour Santiago, comme je le suis pour Heidi. Mais les choses changent.

Je me pensais à l'abri de la catastrophe.

J'avais tort.

Nouvelle mission, banale. Les enfants de la lune, des loups, des massacres... Je me suis rendu sur les lieux pour en apprendre plus. Et j'ai croisé le regard d'une louve, une femme aux cheveux blonds et à l'aura mystérieuse qui m'a foudroyé. Je suis reparti, avec son image incrusté dans ma tête. je n'en ai parlé à personne, c'est de la folie, mais Marcus se doute que je cache quelque chose et Heidi semble elle aussi méfiante.

Je dois jouer de prudence.

Mais avant tout, je dois régler cette obsession moi-même.


Writing

Elle...

Mon poison, mon obsession... Pour une fois, je maudis Aro de m'avoir confié une mission et je me maudis d'avoir accepté. Découvrir la vérité sur ces rumeurs de loups garous, voilà de quoi émoustiller ma curiosité, non? Alors bien sûr, j'ai accepté, pensez-vous...

Bien mal m'en a prit.

C'était une mission comme une autre : espionnage, discrétion, infiltration. J'avais entendu parler des modificateurs et de leur propension à garder les humains de notre faim. Des protecteurs, voilà ce qu'ils étaient, capables de se transformer à volonté pour nous mettre an charpie. Sauf que ces loups là, ils n'étaient pas comme ceux qu'on connaissait. J'avais vu les Quileutes... Je savais de quoi je parlais. Ceux là, ils étaient... chaotiques? Se transformant à la pleine lune apparemment et tuant n'importe quoi leur passant sous la main quand ils étaient loups. Les lycans de légende devaient être nés de créatures comme celles là. Les modificateurs étaient des humains capables de se transformer. Les loups-garous étaient des monstres sous forme humaine.

Sauf que la forme humaine était plutôt intéressante.

Piégé... j'ai été piégé par ses yeux expressifs et mystérieux, par sa chevelure blonde et son air éthéré. Je ne sais pas son nom, je connais juste son odeur. une odeur qui me dégoute et m'attire pourtant. Comme un aimant. Je n'explique pas cela, je ne veux pas l'expliquer et pourtant, je crève à petit feu en pensant à elle, n'arrivant pas à me la sortir de la tête. Moment de grâce éthéré où les races ont été abolies, avant qu'on ne brise le charme en m'appelant. La louve, devenue femme, reste un mystère, un mystère que j'ai envie de percer, sans pour autant oser me lancer. Marcus devine ce genre de choses... traitre, voilà ce que je suis, d'éprouver cela pour une chienne... Je devrais la retrouver pour l'éliminer...

Et je sais déjà que j'en suis incapable...

La retrouver? l'oublier? j'ai essayé, le seigneur sait que j'ai essayé. Mais c'est impossible. Le coup de foudre, voilà à quoi cela me fait penser et cette idée me terrifie autant qu'elle me séduit.

Mais une louve et un vampire... C'est proscrit, nous sommes des ennemis jurés.

Encore une femme qui risque de me perdre et je ne suis pas prêt à souffrir de nouveau pour les beaux yeux d'une louve.

..
Behind the screen

Ton p'tit nom (ou surnom ou pseudo) : Stéph
Comment t'as connu le forum ? Il y a longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine...
Tu le trouves bien, dis ? Nan, spour ça que je suis là
Et c'est quoi le code ? Bar des vampires
Avant qu'on se quitte (ou qu'on se retrouve ! \o/) tu veux ajouter un petit mot ? J'ai déjà trop écris xD


Dernière édition par Corin Volturi le Mer 28 Juil - 23:36, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Corin. B. Volturi    Mar 27 Juil - 20:15

On a choisit Corin pour remplacer Jaya, très, très très bon choix <3

En tout cas, j'A.DORE le début, hâte de lire l'histoire. Tu as très bien cerné le perso Wink
Revenir en haut Aller en bas
Corin Dunegan

avatar

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 20/06/2009
Avatar : Ed Westwick
Âge : Vampire, envouté par une louve
Nationalié : Espion
Avec : Rome


MessageSujet: Re: Corin. B. Volturi    Mar 27 Juil - 22:55

Et ouais, j'y ai réfléchi pendant les vacances et voilà =)
Revenir en haut Aller en bas
Corin Dunegan

avatar

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 20/06/2009
Avatar : Ed Westwick
Âge : Vampire, envouté par une louve
Nationalié : Espion
Avec : Rome


MessageSujet: Re: Corin. B. Volturi    Mer 28 Juil - 23:36

Fini!

_________________
Corin

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Corin. B. Volturi    Jeu 29 Juil - 10:23

& Ba parfait !
Tout est super bien respecté, et du t'es vraiment approprié le perso, VALIDÉ ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Corin. B. Volturi    Jeu 5 Aoû - 0:42

Welcome à ton nouveau perso, j'adore ta fiche c'est vrai que tu t'es parfaitement bien approprié le personnage =) En tout cas, il est agréable de te lire ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Corin. B. Volturi    Jeu 5 Aoû - 0:48

Merci =)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Corin. B. Volturi    

Revenir en haut Aller en bas
 
Corin. B. Volturi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — VOLTURI COVEN { 10?13 } LEFT
» Alec Volturi ? "Sister, they send you out for one and you bring back two... and a half. Such a clever girl."
» Sujets de Jane Volturi [1/1]
» India Eisley - Sofia Luna Volturi - Libre & non négociable
» Jane Volturi ~ Follow me into darkness

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Fascination :: Fiches validées :: Vampires-
Sauter vers: